Vous êtes ici

Politique

La présidente de l’Association Flins sans Circuit F1 réagit aux propos d’Alain Schmitz. Le combat d’idées continue.... à l’épuisement.

 

Jeudi 10 septembre 2009, le président du Conseil Général des Yvelines, Alain Schmitz, a rappelé, dans une interview, sa volonté de promouvoir un projet de circuit de Formule 1 entre Flins et Les Mureaux pour accueillir le Grand Prix de France. Néanmoins, cette déclaration semble contredire ou remettre en cause des propos, tenus par lui-même, le mardi 9 dernier dans le Parisien, à première vue. Il aurait déclaré : « Mais en parallèle, je change mon fusil d’épaule. Je pense désormais à une option plus écologique que la Formule1 : créer un Grand Prix écologique que je veux dans notre département. » A-t-il eu cafouillage ou correction ?

Une première à Andrésy : l’association qui lutte contre le projet de la francilienne entre Méry-sur-Oise et Orgeval s’est vue interdire l’entrée du forum des associations. Une décision risquée de la part du maire de la ville…

Inaugurer un équipement public fait toujours plaisir ! Et quand il s’agit d’une médiathèque, implantée aux Mureaux, c’est doublement délicieux. Des personnalités publiques et notamment le maire des Mureaux, François Garay, ont démontré que cette ville s’est métamorphosée en plaçant la Culture comme un axe majeur d’une politique volontariste locale, aidée par un partenariat efficace de l’Etat, de la Région et du Conseil général. Sans oublier les subventions de l’Europe.

Le maire s’est voulu rassurant lors du cocktail de rentrée des enseignants : les écoles sont en bon état et la ville veillera à lutter contre l’éventuelle pandémie de la grippe A/H1N1.

Cette « irritation locale » revient à l’actualité comme les fleurs de printemps et puis le temps passe pour arriver au même constat et diagnostic. C’était le 6 septembre... Dernière minute : le 9 septembre le soir, un autre groupe de caravanes ont joint le premier cortège : Le maire de Triel était présent mais n’a rien pu faire pour empêcher l’entrée de ces nouveaux arrivants à Triel-sur-Seine.

Mardi 12 mai 2009, la nouvelle Médiathèque des Mureaux a ouvert ses portes à la population. L’inauguration est programmée jeudi 10 septembre.

Une journée « Portes ouvertes » a eu lieu à Triel-sur-Seine en préparation de la rentrée qui s’annonce palpitante pour les nouveaux élèves car ils vont inaugurer un nouveau groupe scolaire. Cet équipement répond à la croissance démographique trielloise.

Mercredi 26 août 2009, à 18h, la commémoration de la libération de la ville des Mureaux - qui a eu lieu le 26 août 1944 - fut un moment de souvenir et de combat pour les principes démocratiques. Au parc Jean-Vauzelle, Céline Baumel, maire-adjointe et conseillère régionale a déposé une gerbe au Monument aux morts.

A Triel-sur-Seine, certains habitants ont reçu un document signé TAG, « Triel à Gauche ». C’est une analyse et une critique de l’action de la majorité municipale trielloise et nationale... Un document qui manifestement cherche à faire savoir qu’il y a une opposition à la droite au pouvoir.

Début août, environ 70 personnes qui campent dans la Plaine depuis 2008, se sont installées sur le lieu exacte où devait avoir lieu la construction d’un centre commercial à Triel, un des enjeux de la campagne municipale de 2008. Après l’injonction de l’HALDE de scolariser les enfants de ce groupement, le maire de Triel doit faire maintenant face à une installation pérenne des Roms.

La droite française et particulièrement celle qui est au pouvoir aujourd’hui considère que c’est de leur faute si les pauvres sont des pauvres. Ils n’ont pas assez travaillé, ils ont une mentalité d’assistés, la collectivité leur donne trop : qu’ils prennent donc exemple sur ces brillantes personnalités qui, parties de rien, ont réussi à se hisser jusqu’au rang de ministre, de chef d’entreprise mondiale, d’universitaire reconnu, etc.…

Archives J2R

De nombreux élus locaux se plaignent aujourd’hui de rencontrer de fortes oppositions à leurs projets et d’affronter souvent un manque de respect de la part des citoyens. Ne confondons pas tout, il s’agit là de deux tendances bien différentes qu’il convient d’analyser distinctement.

Deux fois par an, la municipalité organise cinq réunions de quartier. Ces soirées n’attirent guère les foules. Elles permettent néanmoins de mettre en lumière les préoccupations souvent différentes des populations ainsi que les inégalités de conditions de vie entre le haut et le bas de la ville, entre le sud (proche de Poissy) et le nord (tourné vers Conflans).

78 licenciements en vue ; la société MATRAX, située dans la ZAC de la Grosse Pierre, est en liquidation depuis le 9 juillet 2009. Quelles sont les revendications des futurs ex-Matrax, un des sous-traitants de l’automobile ? L’épreuve de force vient de commencer entre les salariés et le liquidateur de MATRAX (ancien site du holding TSD). Les pouvoirs publics s’en mèlent à juste titre. (Vidéo)

Pages

Publicité