Vous êtes ici

Environnement

"Oui" aurait pu dire la vice-présidente en charge du dossier à la nouvelle équipe de la Région Ile-de-France lors du discours d'Anne Chain-Larché, vice-présidente chargée de la Ruralité et de l'Agriculture lors de l'ouverture de la session de la Chambre régionale d'Agriculture, le jeudi 28 avril 2016. Cela dit, dans le déroulé de son discours, on note un certain nombre de points qui pourraient infirmer cette réponse rapide. A vous de juger.

Cela fait longtemps que les riverains demandent à ce que ce parc soit clôturé, comme tous les parcs en Île-de-France. Mais comme les politiques n'écoutent rien depuis le début des travaux, les incohérences s'enchainent. Voir source de l'article.

Bruno Millienne, conseiller régional d’Île-de-France, a été élu président de Natureparif au mois de mars  2016 à l’unanimité par le conseil d’administration de l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France. Les autres représentants de la région sont : Madame Chantal Jouanno, représentante de la présidente du Conseil régional d’Île-de-France, première vice-présidente de Natureparif, Madame Carine Martini-Pémezec, conseillère régionale d’Île-de-France, secrétaire de Natureparif. Le J2R a rencontré Bruno Milliène.

"Plusieurs centimètres" d'effondrement ont été déjà constatés selon le président de l'association Préservons Pissefontaine.  Voir la WEBTELE 2R.  INEDIT ! Nous avons demandé la position officielle de la municipalité trielloise.

En septembre dernier, le J2R avait rencontré le président de l’association ACV, la mémoire de Villennes afin qu’il relate son animation des Journées du Patrimoine et présente ses projets, notamment ceux sur le thème de la balade. L’auteure de cet article a eu l’occasion d’interroger, à nouveau,  Michel Kohn après sa récente causerie sur l’histoire des bords de la Seine, à laquelle elle avait assisté.

La réunion publique sur la ZAC Saint-Louis a eu lieu le 13 avril au pôle Michel-Colucci de Carrières-sous-Poissy. Voici le compte-rendu de la réunion. Lire la source.

Par ailleurs, l'opposition a rappelé que ce projet a pris un retard de deux ans.

ALUR et Grand Paris : deux notions qui convergent afin de prolonger vers l’ouest l’urbanisation parisienne, en uniformisant notre territoire. Le cas de Villennes, village préservé jusqu’à présent, est caractéristique de cette évolution imposée, issue de deux volontés : densification de la population et abolition des privilèges pour une mixité sociale. D’autres petites communes de notre intercommunalité pourraient être également concernées. Après un exposé précis et objectif des faits, seul l’humour peut répondre à une décision absurde.

Le projet de création du parc urbain paysager sur l’île d’Andrésy (projet Trek’Île) n’en finit pas de faire couler de l’encre.

Contesté pour son coût financier, pour sa dimension green washing, voilà que le grand projet du maire doit affronter la règlementation tatillonne des autorités compétentes.

Les Architectes des Bâtiments de France (ABF) freinent les ardeurs touristiques de M. Ribault : face au nombre de visiteurs attendus sur l’île, avec son ouverture intégrale, ABF a mis son holà.

M. Ribault a fait appel à un cabinet spécialisé dans l’écotourisme pour trouver une solution permettant de concilier tourisme de masse et protection de la biodiversité de l’île. Les experts ont proposé au maire la création d’un petit train qui traverserait l’île, du nord au sud et qui permettrait de contrôler le flux des badauds.

Voir ici

Préservation de la biodiversité

Bruno Millienne, conseiller régional d’Île-de-France, a été élu président de Natureparif jeudi 24 mars 2016 à l’unanimité par le Conseil d’Administration de l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France. Il succède à Liliane Pays, anciennement conseillère régionale d’Île-de-France.

Depuis janvier, la décision d'interdire l'accès aux chiens à l'Ile de loisirs de Verneuil fait l'objet d'un âpre débat entre usagers de la base et les autorités compétentes. Dans la foulée, des « menaces à peine voilées » et des réactions déplacées ont compliqué les rapports humains entre la direction et les amis des chiens.

Depuis le mois de juillet, le projet immobilier "Le Domaine du Parc", au 154 rue de Marolles, a été lancé par un promoteur kosovar et un architecte de Versailles. Certains riverains contestent le projet (et son permis de construire), réclamant l'arrêt de la machine administrative. Le maire minimise l'affaire. Une pétition de 600 signataires sera remise en mairie le 2 avril. WEBTELE 2R.

Réunion publique : Salle des fêtes de Gaillon sur Montcient, le vendredi 25 mars 2016 à 20 h 30

De Conflans à Mantes, les formidables atouts écologiques du Val de Seine sont menacés. Ce « poumon vert » fait l’objet ces dernières années de gigantesques opérations d’aménagement du territoire les plus contestables.

Retrouvez gratuitement l'article sur le site de l'ASAEECC "Votre vie à Carrières", cliquez : ici

Dans une ordonnance du 10 mars, le juge des référés a tranché : la commune d'Andrésy peut continuer son projet contesté dit Trek'Île sur l'île Nancy. Les opposants au projet se sont vu refuser l'arrêt des travaux. Selon l'ordonnance, il n'y avait aucune gravité établie et le jugement sur le fond fera l'objet d'une confrontation juridique entre les opposants et la municipalité andrésienne, qui semble être soulagée de pouvoir continuer son projet, malgré le contentieux sur le fond, pour une ouverture vers le mois de juin 2016.

L'ASAEECC "Votre vie à Carrières", comme plusieurs associations de la ville de Carrières-sous-Poissy, s'associe avec le projet de la municipalité : "pour une ville propre".

Nous saluons cette initiative car il ne s'agit pas de remplacer les services de nettoyage de l'intercommunalité ou de la mairie, mais bien de faire passer un message pédagogique auprès de la population sur des incivilités qui dégradent notre qualité de vie issues de mauvaises habitudes...

Vous pouvez lire gratuitement l'article sur le site de l'ASAEECC : ici

Selon l'Observatoire Régional de l'Agriculture Biologique d'Île-de-France, qui dresse chaque année un état des lieux de l'AB francilienne, l'agriculture biologique d'Île-de-France poursuit son développement sur l'ensemble des territoires franciliens, avec plus de 1600 ha cultivés supplémentaires en 2015.

Pages

Publicité