Vous êtes ici

Environnement

Carrières : jardins familiaux

L'infatigable Hélène Perin, présidente de l'association Pacions, est correspondante local dans les Deux Rives de l'association nationale "Jardiniers de France". A ce titre, elle organise un événement particulier le vendredi 14 mai à l'entrée du centre commercial LECLERC Saint-Louis à Carrières-sous-Poissy.

Archives J2R

Un roman traditionnel chinois a pour titre « Au bord de l’eau », ses milliers de pages n’ont pas du être faciles à écrire. A Triel-sur-Seine, c’est aménager 345 m de bords de Seine qui n’est pas facile. Pourquoi ? Projet inadapté ? Inutile ? Embellissement coûteux ? Entreprise hasardeuse ? Voir non écologique ? Communication maladroite ?

Samedi 3 avril 2010, la Biocoop du Mantois présentait à la presse le site de son deuxième magasin à Epône. Plus grand et offrant plus de services et de produits « Bio », ce dernier ouvrira ses portes en janvier 2011. A travers cette présentation, il se dessine les plans d’un magasin respectueux de l’environnement, qui aura le souci de récupérer les énergies et les matériaux, qu’il utilisera, et qui sera également le 1er à basse consommation énergétique.

Andrésy est devenue l’un des fiefs yvelinois de l’écologie : Europe Ecologie a obtenu 21,4 % des voix. Son maire UMP, de son côté, se soucie beaucoup du développement économique et reste favorable aux projets routiers du territoire (A104 et Pont d’Achères). Dans ce contexte particulier, l’ouverture de l’Agenda 21, samedi 27 mars, à l’Espace Julien Green, était attendue avec impatience.

En lieu et place d’un forum, on a assisté à une série d’interventions à sens unique, plus ou moins pertinentes, devant une salle vide.

La présence du dir’ com’ de PSA Poissy venu nous expliquer ce que faisait son groupe pour le développement durable, alors qu’aucun représentant des transports collectifs n’était présent, a délégitimé un peu plus ce premier rendez-vous.

La suite semble être du même acabit : les Andrésiens ne pourront s’inscrire qu’à l’un des cinq ateliers proposés !

Vous avez dit « concertation exemplaire » ? Le maire défend son forum :

La quasi-totalité des beaux arbres, qui consolidaient la rive de la Seine à Triel, a été abattue début février. Alors que les pelleteuses sont en train de dessiner le futur profil de la berge réduite à l’état de friche, on ne peut s’empêcher de se poser la question : comment un tel ce désastre a-t-il pu être ordonné. Comment a-t-on pu en arriver à abattre des arbres sains qui assuraient parfaitement leur rôle de consolidation de la rive ? Nous avons officiellement demandé à Monsieur le Maire de réagir à cet article... Et nous attendons sa réponse pour la publier.

Nous venons d’être informés de l’abrogation des arrêtés de ZAD du 21 octobre 2008 qui avaient changé la destination des terres de la Ferme de la Haye pour le projet, maintenant abandonné, de circuit de F1.

L’abandon du projet de circuit de F1 de Flins et des Mureaux annoncé par Alain Schmitz, Président du conseil général des Yvelines, le 1er décembre 2009, a marqué une étape essentielle pour l’association Flins sans Circuit F1. Cependant, en tant qu’association environnementale, nous avons toujours déclaré que notre objectif était le retour des terres à leur vocation d’agriculture bio respectant le 2ème plus grand captage d’eau potable d’Ile-de-France.

Le premier forum de l’éconstruction dans les Deux Rives a confirmé la solidité d’un concept nouveau, « le capitalisme naturel », dans un monde économique en plein questionnement. Le premier forum Seine–Aval formation et métiers de l’écoconstruction s’est tenu le 16 mars à l’Espace Julien-Green à Andrésy.

Jean-Louis Berthet, le président du Syndicat de la Base de loisirs de Verneuil-sur-Seine, et Vice-président du Conseil général des Yvelines prend part au débat suscité par l’article paru dans « Nouvelles des Deux Rives », numéro 91 : « Centre de voila ou pas... » (page 12)

Hugues Ribault, conseiller général, vice-président de la Communauté d’agglomération des Deux Rives, président de l’AUDAS, s’exprime sur une première dans l’écoconstruction dans les Deux Rives. Rendez-vous demain mardi 16 mars 2010 à l’espace Julien-Green.

Archives J2R

C’est une première sur le marché français, une société canadienne, Demtec réalise une opération à grande échelle de logement social à ossature bois. Cet exemple pourrait-il être reproductible ici dans les Deux Rives ?

David Douillet et Eddie Aït, les deux étoiles montantes de la politique régionale, voire nationale, se sont lancés sur les sentiers de la campagne régionale. Au-delà de ce constat, un débat contradictoire s’impose entre ces deux politiques qui rencontrent, chacun à leur manière, une certaine reconnaissance du public. Eddie Aït lance un défi... et veut affronter David Douillet. La rédaction des Nouvelles a tenté de joindre, sans succès pour le moment, le double champion olympique et Député de la 12e circonscription.

Sous le nom générique de BASOL, une sorte de boussole de la pollution de sols en France, on peut interroger et obtenir de l’information pertinente sur le risque de pollution... et sur la pollution avérée. Cette base de données comporte une batterie de critères de base, localisation, type de pollution et de traitement... on peut avoir l’état de pollution de tous les sites pollués repérés en France. Dans le temps, le nombre de sites pollués, parfois « orphelins » s’avoisinait aux environs de 700 sites. Le site d’Eternit, à Vernouillet, qui accueillera le futur centre commercial fait partie du lot...

Depuis que le tracé vert a été arrêté par le gouvernement, à l’automne 2006 pour prolonger la francilienne jusqu’à Orgeval, nos élus n’ont de cesse de promettre : qui veut plus de protections, qui désire un sous-fluvial à Fin d’Oise, qui un souterrain à Conflans, ou encore carrément un autre tracé… En fait, aucune de ces promesses ne se concrétise : la direction de l’équipement continue de travailler sur le seule tracé vert, sans protection supplémentaire pour les riverains. Mais pourquoi pas une autoroute plus large et payante ?…

Lors du Conseil municipal du 4 février, le maire d’Andrésy a continué à défendre le projet de Circuit F1 à Flins et assume le coût de 8 millions d’€. Agacé, un opposant de première heure, Andrésien de surcroît, réagit.

Pages

Publicité