Vous êtes ici

Dossiers

Le 7 décembre a eu lieu à Versailles l'audience sur le projet "écoport" de Triel, porté par l'établissement public Ports de Paris. Quelle que soit la décision que prendra le juge dans son délibéré du 21 décembre 2017, ce projet est l'illustration même d'un gâchis à quatre niveaux : politico-institutionnel, économique, humain et environnemental. Pourrons-nous, un jour, tirer un bilan de ce fiasco d'aménagement ?

Le samedi 2 décembre, malgré le froid, Dalkia réunissait un aréopage composés d’élus de Carrières-sous-Poissy (Christophe Delrieu et son prédécesseur Eddie Aït), de membres de l’EPAMSA, de l'ADEM, d’architectes, etc. pour inaugurer son installation de chauffage biomasse chargée d’alimenter les premiers immeubles de la Centralité : le quartier de Beauregard. Quelques nouveaux occupants s’étaient joints au groupe. C’était l’occasion de parcourir les rues de l’ensemble et d’écouter les architectes parler du produit fini.

Le musée Rodin rend hommage à Octave Mirbeau avec une belle exposition, dont nous présentons la programmation inégalable.

En complément, Pierre Michel, président de la société Octave-Mirbeau rappelle les événements récents sur l'année Mirbeau.

Le 6 novembre, Christophe Delrieu, maire de Carrières-sous-Poissy, a organisé une réunion publique ayant pour thème « sécurisation des espaces naturels et accueil des gens du voyage ». En réalité, c'était un monologue ayant pour but de démontrer que les gens du voyage, qui débarquent sans crier gare dans la plaine, bénéficient d'un déséquilibre juridique dans les faits (ce qui est contesté par la Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage, FNASAT) et que ce problème récurrent de l'arrivée et de la gestion de ces itinérants appelle désormais des réponses concrètes.

Denis Faist, le premier adjoint de la ville d'Andrésy, a envoyé une missive aux associations andrésiennes pour leur annoncer sa volonté de se présenter en tant maire de la ville en 2020. En attendant les réactions politiques de certains de ses concurrents politiques, plusieurs questions s'imposent :  Cette annonce est-elle prématurée ? Est-il le digne héritier de la dynastie Ribault ?

Contacté par la rédaction du J2R, l'intéressé persiste et signe :  il est disponible et il est l'homme de la situation ! 

Depuis le 25 novembre, le résistant, lieutenant-colonel FFI, Georges Roger Bourdy vous donne la bienvenue lorsque vous arrivez à Triel, par le rond-point, de Carrières-sous-Poissy ou quand vouss y allez. Dans cette plaine, synonyme de malheur foncier et écologique, c'est la première fois que l'on se réunissait pour rendre un hommage d'une manière solennelle.

Lire aussi un autre article.

Orgeval a accueilli, le 24 novembre, l'assemblée générale du CO.P.R.A. 184 qui milite depuis 26 ans contre la construction d'une autoroute urbaine entre le Val d'Oise et les Yvelines.

Suite à la réunion avec les sept associations trielloises le 14 novembre, le maire de Triel-sur-Seine, Joël Mancel a voulu faire le point avec le J2R sur la question de l'urbanisme dans la commune. Son adjoint à l'urbanisme, Michel Poirot, a souligné que la trajectoire urbanistique de l'équipe municipale continuera malgré les réticences de certaines associations environnementales.

Les Comédiens de la Tour ont joué du 3 au 12 novembre quatre courtes pièces tirées de  « Farces et moralités » ; c’est un nouvel hommage à l’auteur dramatique dont le nom figure en bonne place dans leur répertoire : Octave Mirbeau. Cet article est déjà paru sur le site Internet du J2R à l'occasion de la représentation de "Farces et moralités en février 2017.

Le club de gymnastique Avenir de Triel est un gisement de sportifs dans ce domaine exigeant sur le plan physique et mental. De temps en temps, ressort une perle rare qui brillera, on l'espère, au niveau national, voire international. La Trielloise Maïssya Genevois, après un stage de perfectionnement national de la FSCF à Chambéry, a été sélectionnée pour participer à un tournoi international en Belgique. Bravo et bonne chance !

Depuis 1981, le Centre de promotion par la formation (CPF) agit pour la réinsertion professionnelle. Avec l'austérité budgétaire du haut vers le bas, les problèmes récurrents de trésorerie ont eu le dernier mot de ce centre innovant sur le plan social, non seulement à Chanteloup-les-Vignes mais au-delà des frontières des trois villes proches, Andrésy, Carrières-sous-Poissy et Triel-sur-Seine. Cinq salariés vont être remerciés et quatorze stagiaires/apprentis vont se trouver dans de grandes difficultés. Qui est responsable de cette situation ?

Le 7 octobre, huit associations soucieuses de protection de l'environnement ont cosigné et distribué un tract lors de la Fête du Flan ! "Construire à Triel, mais pas n'importe comment !" semble être la position commune qui fustige la politique urbaine actuelle. Cette unanimité pourra-t-elle tenir longtemps ? Est-elle anti-système ? 

Le J2R avait ouvert le débat localement avec son article La mort des centres-ville est-elle inéluctable dans son numéro 131 (mars-avril 2017). En réalité, c'est un débat à caractère national qui dépasse les élus de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPS&O), mais certains communes (Achères, Andrésy, Conflans-Sainte-Honorine et Poissy, voire Mantes-la-Jolie) commencent à mettre en œuvre des outils, fiscaux et d'accompagnement, pour réinvestir le centre-ville. Réussiront-elle ? Cet article s'attache à aborder les possibles pistes pour revitaliser les centres-ville à la lumière des exemples des villes de la 3e couronne francilienne.

1843 : ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Rouen.

 

2030 : prévision de l’inauguration de la nouvelle ligne Paris-Normandie (LNPN).

Les débats et les protestations concernant les choix du tracé de la LNPN nous rappellent ceux qui eurent lieu pour l’ancienne.

Les 14 et 15 octobre, Arnaud Maillard, artiste chevronné des planches avignonaises, a présenté deux spectacles au Théâtre Octave-Mirbeau de Triel-sur-Seine. Ce comédien disjoncté a su nous faire voyager dans un monde loufoque où il nous mène avec tendresse pour nous faire rire de la condition de l'homme dans ce XXIe siècle. 

Pages

Publicité