Vous êtes ici

Carrières-sous-Poissy

« Je ne veux pas écrire « pont » ! »... « mais enfin Hugues : tu l’as voté ! »... « non : je veux le terme « franchissement » »... « tu changes tout le temps d’avis ! » Les maires UMP réglant leur compte en séance publique : du jamais vu en Conseil communautaire ! Le maire d’Andrésy a passé une bien mauvaise soirée. Ses collègues lui ont reproché ses changements de pied concernant les deux dossiers très chauds de l’interco : le projet A104 et le pont d’Achères. Le seul maire de gauche, Eddie Aït, discret, a compté les points… Le projet de l’intercom a été aussi présenté le 1er février 2010.

Eddie Aït a dénoncé les positions contradictoires de David Douillet et de Valérie Pécresse lors du meeting socialiste à Conflans Sainte-Honorine du 11 février 2010.

Eddie Aït souhaite la création d’un lycée des éco-filières à Carrières-sous-Poissy, sur le territoire de la Boucle de Chanteloup. Cela dit, cette idée est reprise (notamment élaborée par des parents d’élèves de la FCPE) et utilisée à des fins « classiques » pendant les élections régionales de mars 2010.

Christiane Paravy est la nouvelle présidente du collectif anti A104. Le COPRA a dorénavant à sa tête une habitante de Carrières-sous-Poissy : un symbole fort quand on constate les dégâts que causera la francilienne sur la ville. Fortement soutenu par la municipalité de la ville et son maire, Eddie Aït, le COPRA a décidé de changer de braquet en matière de communication.

Durant la campagne des Régionales, le COPRA va tracter toutes les villes et interpeller les élus favorables à la A104. Démarrer cette campagne de mobilisation par une « lettre ouverte » à Hugues Ribault, maire d’Andrésy n’est pas un hasard : le COPRA s’attaque à l’élu le plus actif pour faire avancer le dossier de la A104…

Un lycée pour la Communauté d’agglomération des Deux Rives est une urgence ! Ce point de vue est partagé depuis 2004. Quels sont les positionnements politiques des listes en lice ? On attend pour voir.

Eddie Aït, conseiller régional, maire (PRG) de Carrières-sous-Poissy et Vice-président de la CA2RS, nous a accordé un entretien que l’on peut considérer comme point d’ancrage de sa campagne en tant que candidat en position éligible sur la liste « Huchon 2010 ». Candidat PRG (parti radical de gauche), allié historique du PS, déjà conseiller régional, il accorde toute son importance au bilan ainsi qu’aux perspectives de son action. Lors d’un interview du mardi 19 janvier, c’est sans langue de bois qu’il aborde les projets de réforme des collectivités territoriales et de la taxe professionnelle.

Mutualisation, pression fiscale, déficit et éloignement démocratiques, l’avenir de l’intercom Deux Rives est loin d’être rose...

Une ZAC nouvelle, une étude urbaine sur la centralité sont des composants d’un projet politique de grande envergure à Carrières-sous-Poissy.

Vœux de Verneuil : Une cérémonie très alléchante tant pour l’œil que pour les papilles. Le bilan de l’année fut sans surprise et les projets 2010 ont révélé quelques priorités de l’action municipale : l’enfance, le cadre de vie et la culture. Comme à Triel, le maire UMP de Verneuil, Philippe Tautou a aussi fait de la politique nationale… Les quelques rares élus de gauche dans la salle n’avaient qu’à serrer les dents.

Récit de la soirée :

Bilan encourageant pour la première journée du service « Pédibus » carriérois, la ville de Carrières expérimente en effet un système de ramassage scolaire à pied...

Un an après, la ville de Carrières-sous-Poissy poursuit son action pour la défense du patrimoine et la sécurité des administrés.

Eddie Aït est devenu une pièce maîtresse pour la Gauche dans les Yvelines. Les élections régionales en Ile de France : le PS et le PRG ensemble pour le scrutin de mars 2010 !

Le débat autour de la francilienne semble opposer population et mouvements associatifs d’une part, élus et forces économiques d’autre part. Le clivage semble évident : d’un côté les défenseurs de l’environnement et du cadre de vie local, de l’autre des acteurs qui œuvrent à l’intérêt général économique.

Arguments socio environnementaux contre arguments logistiques et économiques.

Mais ce qui frappe, c’est que les premiers n’ont jamais vraiment osé remettre en cause les enjeux économiques avancés par les seconds. Et pourtant, les discours économiques sur la A104 véhiculent bon nombre d’idées reçues que les anti-A104 devraient reprendre à leur compte…

Archives J2R

La période de Noël permet à tous de changer d’air... malgré la morosité ambiante et la crise économique. Alors pourquoi ne pas se mettre au vert dans tous le sens du terme...

Cela s’est passé jeudi 26 novembre, à Carrières-sous-Poissy, lors de l’assemblée générale du COPRA, collectif qui s’oppose au projet A104 sur notre territoire. Le député, et ancien cadre du groupe PSA, agacé par une intervention d’un expert sur « la route et le réchauffement climatique », prend la parole et remet en cause le lien fait entre l’automobile et ce réchauffement.

Pages

Publicité