Vous êtes ici

Aménagement du territoire

Les maires du territoire de Roissy refusent le terminal T4 prévu à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle

Par : 
Claude Barouh

Le 9 janvier 2020 des associations environnementales ont adressé une lettre ouverte au président de la République pour demander l’abandon du projet pharaonique (Terminal T4) d’Aéroports de Paris (Groupe ADP) qui se traduirait par une augmentation de 38 % du trafic aérien et autant d’augmentation des nuisances qu'il génère dans notre région.

Des élus du Val d’Oise et des Yvelines font part de leur refus du T4 au président de la République (voir lettre ci-dessous).

A l’approche des élections municipales, le CIRENA (Collectif Inter-associatif du REfus des Nuisances Aériennes) demande aux candidats de prendre position et soutient la demande d'annulation de ce projet et de son enquête publique prévue au 2ème semestre 2020. Ajouter l'équivalent d'Orly sur le territoire actuel de Roissy, c'est le projet pharaonique qu’Aéroports de Paris (Groupe ADP) a prévu à Roissy. L’ouverture progressive est prévue de 2024 à… 2037. Une soixante d’élus de la région (dont pour les Yvelines : Evecquemont, Maurecourt et Conflans-Sainte-Honorine) adressent une lettre ouverte au président de la République.

 

Monsieur Emmanuel MACRON

Président de la République

Palais de L'Elysée

55 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS

 

 

Objet : Extension de l'aéroport Roissy Charles de Gaulle        

Le 09 janvier 2020

 

 

Monsieur le Président de la République,

Lors de votre discours devant l'assemblée générale des Nations Unies le 24 septembre dernier, vous avez déclaré « Il nous faut là aussi nous mettre en cohérence avec nos actions. On ne peut pas dire ici : on est pour lutter contre le réchauffement climatique, et continuer à financer dans d'autres pays des infrastructures qui polluent, qui augmentent les émissions de C02 et qui font exactement le contraire ».

Nous nous félicitons de cette déclaration et pensons comme vous qu'il n'est plus possible de mettre en œuvre des politiques de développement sans cette cohérence que vous semblez appeler de vos vœux.

Pour les habitants des communes limitrophes ou proches de l'aéroport Charles de Gaulle, le quotidien est aujourd'hui rythmé par le ballet incessant des avions et entraîne une pollution importante, à laquelle s'ajoutent parfois d'autres problématiques écologiques et sociales.

Vous le savez, l'extension de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle par la création du Terminal 4 aurait pour conséquence une augmentation de 40 % du trafic aérien, 500 vols supplémentaires par jour, 40 millions de passagers par an, et une augmentation considérable des émissions de C02 pour lesquelles la France a pourtant pris l'engagement de les réduire à 100 Millions de tonnes d'équivalent C02 d'ici 2037.

Cette perspective signifierait certes un développement de l'activité économique et du tourisme lié à la mise en service du Terminal 4, mais entraînerait également l'aggravation de la situation et une dégradation des conditions de vie des populations les plus exposées et fragilisées.

En tant qu'élu.e.s de la République engagé.e.s au service de nos territoires et de leurs habitant.e.s, nous ne pouvons souscrire à ce projet d'extension.

Entre des perspectives de croissance hypothétiques et la protection du climat et de la santé de nos concitoyens, nous avons pour notre part choisi.

Nous vous invitons, Monsieur le Président, à entendre la parole de celles et ceux qui vivent et travaillent depuis de nombreuses années dans ces villes, et sur lesquels nous faisons peser tout le poids de notre développement.

Cette parole n'a d'ailleurs pas pu être recueillie faute d'un véritable débat public. En effet, une réglementation étonnamment restrictive, dénoncée par la présidente de la CNDP, Mme Chantai Jouanno1, a permis d'exempter ce projet d'un véritable débat public.

Pour ces raisons, nous vous invitons à abandonner le projet d'extension de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle et à envisager ensemble la construction d'alternatives génératrices d'activités, écologiquement responsables et protectrices des habitants.

Dans cette attente, veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations les plus distinguées.

Suivent une soixantaine de signatures des maires de la région.

 

 

Publicité