Vous êtes ici

Municipales 2020

Les Mureaux : François Garay se lance pour un 4e mandat

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

Le 12 décembre, au restaurant "Au coupe la soif" aux Mureaux, M. François Garay, maire (SE) de la commune, a déclaré à la presse son intention de se présenter pour un 4e mandat. 

"Si je me lance ce n'est pas pour faire du cosmétique !", a averti le maire actuel des Mureaux à tous ses adversaires et ses administrés. M. François Garay, tel un renard de la politique dans la vallée de la Seine, a manié le verbe et son bilan pour expliciter les raison de sa décision d'aller, une dernière fois, dans l'arène politique des Mureaux. 

Faire des Mureaux, l'épicentre de la prise de décision dans la vallée de la Seine

Accompagné par sa garde rapprochée, constituée de Mme Angela Klein (LREM), Boris Venon (PS) et Bernard Durupt, M. Garay a dit et redit ses attachements à sa ville. Il a vécu toute sa vie aux Mureaux et ses enfants y ont fait toute leur scolarité, dans le secteur public. En somme, c'est un autochtone, contrairement à certains autres candidats qui affluent depuis quelques semaines. Sa liste sera une liste sans étiquette mais tous ses membres garderont leurs sensibilités (et leur liberté pour les élections ultérieures).

Le renard de la vallée de la Seine veut faire des Mureaux l'épicentre des décisions politiques dans les années à venir. L'arrivée d'Eole permettra à la ville d'avoir ce positionnement stratégique ; après avoir lancé une série de projets d'envergure (Cœur en ville, labs, pépinières etc.), M. Garay veut "relier toutes les communes du nord des Yvelines" dans une sorte de hub qui ferait un maillage entre l'autoroute et la ligne RER Eole. Selon son analyse, entre Poissy et Mantes, il faut compter avec Les Mureaux avec ArianeGroup et les autres locomotives de l'industrie du XXIe siècle. Cependant, il est conscient que des équipements sont nécessaires pour délester la rive droite vers la rive gauche, où il se trouvera ce hub

En tant que "maire bâtisseur", il veut relier les trois problématiques, logement, mobilité et emplois, afin de faire surgir "une ville à vivre". D'ailleurs, ce slogan sera repris dans les différents moyens de communication de sa campagne. Certainement, M. Garay veut renforcer l'ossature urbaine et géographique de cette partie centrale de la vallée de la Seine. Plus prosaïquement, il entend continuer la rénovation urbaine du quartier des Musiciens, en aménageant l'entrée de ville du côté du COSEC Pablo-Neruda. 

Quelle est sa position à propos de la communauté urbaine ?

Dans la continuité de sa politique sur le site de Bécheville, le Centre hospitalier Meulan-Les Mureaux devrait s'ouvrir à la ville. Il est important de permettre aux 1000 personnes qui y travaillent de faire des courses et d'habiter aux Mureaux. C'est le sens de la "ville à vivre". 

On ne peut que constater que des projets sont en cours aux Mureaux, où  le foncier est abondant. En outre, des négociations avec Voies navigables de France (VNF) ont été amorcées afin de rendre une partie des écluses au domaine privé de la ville afin de faire des Mureaux "une ville à vivre" pour les loisirs. Par conséquent, l'équipe de M. Garay vise à "renforcer les pôles de tourisme, de loisirs et de santé. 

En termes de moyens démocratiques, M. Garay explore un nouveau concept, "la démocratie implicative" qui repose sur l'idée de faire engager ses concitoyens à "vivre autrement la ville" et non pas comme des consommateurs d'équipements. Ainsi, selon le maire, "chacun doit s'impliquer dans les différentes instances de la ville" pour vivre la ville. 

Pour ce qui concerne la communauté urbaine, il n'a pas fait allusion à la gouvernance actuelle ni à la future. Que fera-t-il après le 22 mars ? En tout cas, une chose est sure, il s'impliquera à fond pour faire vivre la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise. 

 

 

Publicité