Vous êtes ici

Elections municipales 2020

Triel : Avec Sophie Kerignard, une équipe motivée et un projet d’avenir

Par : 
Yvon Rosconval

L’élection municipale de mars 2020 est un rendez-vous majeur pour donner un nouvel élan à notre ville, valoriser ses atouts et promouvoir son attractivité. 

D'une manière pluraliste, le J2R publie le communiqué du 25 novembre de la liste Triel Autrement. 

L’élection municipale de mars 2020 est un rendez-vous majeur pour donner un nouvel élan à notre ville, valoriser ses atouts et promouvoir son attractivité. Dans cette perspective, nous faisons le pari du renouvellement politique. Nous privilégions l’écoute et la proximité. Depuis 18 mois, nous avons discuté avec plus de 3 000 Triellois.es de notre ville, sa qualité de vie et son avenir. Au fil de nos rencontres sur le terrain, notre équipe s’est progressivement étoffée d’habitants déterminés à se réapproprier l’avenir de leur ville. Nous sommes aujourd’hui plus de 40 Triellois.es fédéré.e.s par la co-construction d’un projet pour Triel, entamée depuis septembre 2018.

C’est donc une équipe soudée qui a choisi Sophie Kerignard comme tête de liste.

Femme de conviction, Sophie incarne le changement à Triel pour faire de la politique autrement, promouvoir le vivre ensemble, donner du sens à l’action publique, redonner la parole aux habitant.e.s et défendre les intérêts de Triel au sein de la Communauté urbaine, du Département et de la Région. Mère de deux enfants de 10 et 13 ans, Sophie et son mari ont fait le choix de s’installer à Triel en 2011. Professeure d’histoire-géographie dans l’enseignement privé, notre candidate s’est investie depuis 8 ans dans la vie associative en faveur de l’environnement et d’un urbanisme raisonné à Triel. Sophie peut compter sur une équipe motivée de femmes et d’hommes, jeunes et moins jeunes, dont beaucoup s’engagent avec enthousiasme pour la première fois en politique avec la volonté de changer les codes et les pratiques. Cette équipe recense une grande diversité de compétences pour dessiner l’avenir de Triel et répondre à deux défis : le défi écologique et le défi démocratique.

Le défi écologique car c’est à l’échelle locale, celui de notre ville, qu’il nous faut agir à court, moyen long termes en faveur des jeunes et futures générations. Pour réussir, toutes les politiques publiques (urbanisme, mobilité...), toutes les infrastructures de la commune et toutes les activités municipales seront passées au crible du développement durable, conciliant ainsi les enjeux économiques, environnementaux, sociaux et culturels. Le défi démocratique car c’est au niveau local que nous serons en mesure de revitaliser notre modèle de démocratie, aujourd’hui essoufflé.

Avec Sophie, nos propositions vont dans le sens d’une plus grande transparence, d’une meilleure écoute et d’une réelle dynamique de concertation avec les habitant(e)s, des acteurs économiques et associatifs. C’est ainsi que nous entendons mettre en œuvre notre projet. Un projet qui s’organise autour de 5 priorités issues de nos discussions avec les triellois(es).

Ainsi, elles et ils attendent la revitalisation et la réhabilitation du centre-ville négligées durant le dernier mandat, malgré les nombreux atouts de ce quartier. Il n’y a pas de fatalité. Inverser ce déclin est pour nous une impérieuse nécessité et des solutions existent avec l’appui des pouvoirs publics comme l’opération « Cœur de ville » lancée en 2018. Dommage que l’équipe municipale actuelle avec notre députée ne se soit pas mobilisée pour que Triel bénéficie de ce dispositif national qui concerne 222 villes moyennes avec un budget de 5 Milliards. 

Il en est de même de l’urbanisme. Pour le prochain mandat, il s’agit de réussir à concilier deux exigences. D’un côté, le cadre de vie avec l’aspiration des habitant.e.s à vivre dans une cité résidentielle disposant d’un centre-ville agréable et ailleurs d’une vie de quartier riche, connectée au cœur de ville. De l’autre, Triel doit participer, dans la mesure du possible, à la solidarité nationale en favorisant l’accès au logement aidé, notamment des plus jeunes et des plus âgés. Le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) n’a pas réussi à concilier ces deux exigences avec l’aval des élus actuels... Nos propositions visent à sortir de cette vision obsolète avec, par exemple, une politique de réhabilitation de 250 logements, aujourd’hui vacants et souvent dégradés.

Autre priorité : la mobilité. Force est de constater que Triel subit par défaut d’anticipation un manque d’accessibilité. Ainsi, rien n’est aujourd’hui envisagé pour relier Triel à la future gare Eole à Vernouillet/Verneuil. L’opération des 30 km/h dans l’ensemble de la ville masque l’absence d’un plan de circulation qui s’impose pourtant afin de concilier les différentes formes de mobilités (piétons, cyclistes, automobilistes, usagers des transports en commun...). Il ne s’agit pas d’opposer ces différents modes de déplacement mais de les faire coexister dans une optique de transition écologique. Sans oublier la circulation des poids lourds que nous entendons règlementer et contrôler plus fermement.

Il y a également les jeunes Triellois. Nous pensons que la mission majeure d’une commune est d’aider sa jeunesse à grandir et à se construire. Se construire par l’éducation, le sport, la culture, la citoyenneté... Les jeunes de 0 à 25 ans représentent aujourd’hui 1/3 de la population trielloise. Il est vraiment temps que cette jeunesse devienne une priorité à Triel et qu’elle puisse se faire entendre. En premier lieu, nous voulons co-construire une politique pour la jeunesse avec les acteurs de la petite enfance, de l’enseignement (de la maternelle au collège), de l’animation, les parents d’élèves et les associations qui ont tous à cœur de faire grandir la jeunesse. Ce projet fixera les orientations des futurs choix pour et avec la jeunesse.

Enfin, il nous semble primordial que la future équipe municipale investisse la question du « Bien vieillir à Triel ». Le vieillissement de la population est un enjeu majeur de ce siècle. La population des plus de soixante ans est la seule à avoir augmenté durant ces dernières années à Triel. Aujourd’hui, il devient urgent de construire des solutions d’avenir pour nos ainé(e)s autour de l’urbanisme, de l’accessibilité de notre ville, du maintien à domicile, de la lutte contre l’isolement, de structures d’accueil... Nous y travaillons.

Ces priorités majeures et d’autres comme la sécurité, l’intercommunalité, la vie associative, le développement économique locale, les finances publiques... seront enrichies durant les prochaines semaines lors de nos nombreuses rencontres dans les rues et lieux publics de notre ville. D’ores et déjà, avec Sophie Kerignard nous donnons rendez-vous aux Triellois.es en début d’année 2020 pour présenter et détailler notre vision et notre programme pour Triel.

 

Publicité