Vous êtes ici

Biérologie

La brasserie artisanale La Cacatoès, un nouveau producteur local des Yvelines

Par : 
Fanny Aït Mouffok, contributrice

Triel a des talents. Le J2R a rencontré Arthur Bourdais, créateur avec ses comparses de la brasserie La Cacatoès. 

Cet automne, un nouveau venu a fait son entrée dans le paysage francilien de la production de bières artisanales. La brasserie La Cacatoès, basée à Triel-sur-Seine, a débuté en beauté à la Fête du flanc 2019, où les passants ont semblé apprécier leur déjeuner en plein air accompagné d’une pinte d’une de ses blondes rafraîchissantes. Afin de mieux connaître la genèse de cette jeune entreprise, nous avons rencontré celui qui est à l’initiative de ce projet, Arthur Bourdais, gérant et brasseur.

J2R : Comment est né le projet de créer votre propre brasserie ?
Arthur Bourdais : Le projet a démarré de deux passions qui me sont chères. D’abord, celle du brassage de la bière que je pratiquais en amateur depuis un moment, puis celle des perroquets que nous avons utilisés pour créer l’effigie de la marque.

J2R : Avez-vous effectué une formation pour pratiquer votre activité ?
A.B : J’ai profité de ma formation en biotechnologie pour, après quatre ans en laboratoire de recherche, mettre ces compétences au service du brassage de la bière.

J2R : Les perroquets qui ont inspiré le nom de la marque jouent-ils un rôle plus important dans son image ?
A.B : Oui, tout à fait. Nous avons décidé de mettre en valeur l’image du perroquet et d’utiliser de vrais perroquets qui existent dans la nature pour décliner nos différents types de bières. Nous associons ainsi la couleur de l’oiseau à la couleur de la bière.

J2R : Pourquoi avoir décidé d'installer votre unité de production dans les Yvelines ?
A.B : Triel est ma ville natale et cela me tenait à cœur d’ouvrir ma société dans ce territoire, pour à la fois profiter de la ville et la dynamiser.

J2R : Quelle gamme de produits proposez-vous ?
A.B : Nous brassons trois bières à Triel-sur-Seine. Nous avons une blonde au goût prononcé de céréales en première bouche, suivi d’une certaine amertume. Ensuite, nous proposons une bière de type ambrée. Celle-ci est beaucoup plus douce en amertume avec un bon goût de caramel. Enfin, nous produisons une brune de type stout avec des goûts de torréfaction assez prononcés à cause du malt que nous utilisons pour la produire.  Une fois en bouche, elle procure une vraie fraîcheur de houblon et des saveurs moins amères au palais.

J2R : Il existe tellement de brasseries artisanales en Île-de-France. Selon vous, quelle est l’originalité de votre bière qui la différencie de toutes les autres ?
A.B : Je pense que notre originalité vient du fait que nous avons voulu concentrer notre travail sur les malts. En ce moment, la mode dans le milieu du brassage est plutôt axée sur les houblons qui apportent l’amertume à la bière ainsi que ses côtés floraux ou fruités. Nous avons décidé de prendre ce contre-pied en développant les malts et les goûts de céréales, ce qui crée des bières plus originales dont nous avons moins l’habitude.

J2R : Est-ce travail des malts qui donne à vos bières blondes et ambrées une couleur plus foncée qu’à l’ordinaire ?
A.B : Exactement. Surtout notre blonde qui sort particulièrement plus foncée et qui étonne très souvent les gens !

J2R : Comment se procurer vos bières ?
A.B : Pour l’instant, nous n’avons pas de boutique, nous n’avons qu’un local dédié à la production. Vous pouvez nous trouver notamment sur notre page Facebook où nous communiquons chacun des événements auxquels nous participons et où chacun est le bienvenu. Vous nous retrouverez également chez des revendeurs types bars ou cavistes.

J2R : Vous semblez très attaché à la dimension locale de votre production. Comptez-vous faire des partenariats avec d’autres producteurs locaux ?
A.B : Oui, complètement. Malheureusement, le malt et le houblon sont encore très peu produits en France puisque c’est une industrie qui se relance. Mais même si nous ne pouvons pas encore trouver tous nos produits en local, nous adorerions pouvoir produire le houblon sur les terres de Triel où il pourrait être très bien cultivé. Nous avons déjà commencé des partenariats avec d’autres commerçants et producteurs artisanaux notamment à Chanteloup-les-Vignes avec la Savonnerie du Loup qui Chante, qui utilise notre bière pour fabriquer un de ses savons, un savon à la bière artisanale.

J2R : Imaginez-vous déjà d’autres saveurs de bières ?
A.B : Bien sûr. Pour l’instant nous avons décidé de nous concentrer sur les trois grands classiques de la bière que sont la blonde, l’ambrée et la brune mais il en reste plein d’autres à explorer. En tout cas nous avons déjà plusieurs idées pour de nouvelles recettes qui viendront dans les mois et les années futures.


N’hésitez pas à suivre la brasserie La Cacatoès sur les réseaux sociaux pour être maintenus au courant des marchés et des autres événements où elle sera présente. Les amateurs et amatrices de bière sauront être satisfaits de ces bières originales, originaires des Yvelines.

Facebook : Brasserie La Cacatoès
Instagram : @brasserielacacatoes78

Publicité