Vous êtes ici

Santé publique

Evecquemont rejoint le mouvement des communes « anti-pesticides »

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

Pour Ghislaine Senée, maire d'Evecquemont, l’utilisation des produits phytopharmaceutiques a des conséquences très graves sur la santé humaine et contribue à une diminution drastique de la biodiversité. Elle a pris un arrêté interdisant l’usage des produits phytopharmaceutiques sur l’ensemble du territoire de la commune.

Le J2R reproduit ci-dessous le communiqué de Mme Senée du 1er octobre 2019. 

 

 

"Puisque l’Etat ne parvient pas à prendre de lui-même les décisions d’intérêt général dictées par les observations scientifiques et les attentes légitimes de la population, il est temps que les collectivités locales jouent leur rôle démocratique et s’engagent pour la défense du vivant. A ce jour, près d’une centaine de communes en France ont choisi d’agir pour protéger les populations en prenant un arrêté interdisant l’utilisation de pesticides(1) sur leur territoire.

J’ai choisi d’associer Evecquemont à ce mouvement.

Pour qu’Evecquemont, commune du Parc Naturel Régional du Vexin Français, devienne un territoire 100 % Zéro Phyto. Pour que nous devenions tous acteurs et transformions nos pratiques pour une nourriture saine, préservant la biodiversité, la santé des riverains et la qualité de l’eau. 

Evecquemont pratique le Zéro phyto sur tous ses espaces publics depuis 2011. En mars dernier, la mairie accueillait une association pour l’organisation d’un test de détection du glyphosate dans les urines qui s’est révélé être positif chez tous les participants.

C’est donc en toute logique, alors même que les premiers champs cultivés se situent à plus de 150 mètres du cœur du village, que j’ai décidé de prendre cet arrêté d’interdiction de l’usage de produits phytopharmaceutiques sur l’ensemble de son territoire.

L’interdiction concerne l’ensemble des utilisateurs : des agriculteur.trices aux salarié.es d’entreprises d’espaces verts, en passant par les habitant.es et jardinier.es des multiples jardins familiaux et partagés de la commune.

Seul est autorisé l’usage des produits à faible risque qui ne font pas l’objet de classement et les produits autorisés en agriculture biologique."

Note :

1. La directive 91/414/CEE définit comme produit phytopharmaceutique tout produit destiné à :

Protéger les végétaux ou les produits végétaux contre tous les organismes nuisibles ou à prévenir leur action, pour autant que ces substances ou préparations ne soient pas autrement définies ci-après.

Exercer une action sur les processus vitaux des végétaux, pour autant qu'il ne s'agisse pas de substances nutritives (par exemple, les régulateurs de croissance).

Assurer la conservation des produits végétaux pour autant que ces substances ou produits ne fassent pas l'objet de dispositions particulières du Conseil ou de la Commission concernant les agents conservateurs.

Détruire les végétaux indésirables

Détruire les parties de végétaux, freiner ou prévenir une croissance indésirable des végétaux.

Publicité