Vous êtes ici

Musique de chambre

Une journée dans les coulisses du Festival de musique de chambre de Giverny

Par : 
Fanny Aït Mouffok, contributrice

Treize concerts, résidences d'artistes ont été les ingrédients pour une édition magnifique du festival "Musique de Chambre à Giverny" sous la direction artistique de Michel Strauss. Le thème de cette édition était "L'Europe dans tous ses Etats", qui rend hommage à l'écrivain Stefan Zweig, qui avait publié, au début du XXe siècle, Le Monde d'hier, souvenirs d'un Européen.  

Fanny Aït Mouffok a été sur place pour nous faire vivre une partie de cette expérience onirique (du 22 août au 1er septembre 2019). 

Chaque année, les deux dernières semaines du mois d’août, le Festival de musique de chambre de Giverny rassemble près de 1500 spectateurs venus assister à la collaboration entre musiciens expérimentés et jeunes musiciens professionnels. Le thème de cette dix-huitième édition était « L’Europe dans tous ses états » avec comme compositeur invité le Hongrois Peter Eötvös. Deux concerts ont été consacrés aux célèbres compositeurs et musiciens Martial Solal et Vladimir Cosma.
 
J’ai eu l’occasion de passer une journée entière auprès des trente instrumentistes et chanteurs « séniors » comme « juniors ». J’ai pu ainsi côtoyer les membres de l’équipe administrative et artistique du festival qui permet de mener à bien ce beau projet tous les ans.
 
A mon arrivée, je ne peux que constater que c’est loin des discordes et des tensions qui empoisonnent l’Europe actuellement que vivent tous les participants au festival. L’ambiance est à la détente malgré la dose de travail qui les attend chaque jour depuis le début de l’aventure. Ils ont eu deux mois pour appréhender les partitions et, lors de la première semaine du festival, leurs horaires de répétition s’étendaient de 8 h 30 à 19 h.
Le programme des répétitions auxquelles j’ai pu assister s’organisait comme ceci :
- 10 h 30 : Quatuor n°1 en ut mineur pour piano et cordes opus 15 ;
- 11 h 30  : Morceaux de Vladimir Cosma hormis la musique de film ;
- 14 h 30  :  Kindertotenlieder de Gustav Mahler, pour voix et piano interprété par Sharon Coste et Jean-Claude Vanden-Eynden ;
-14 h 45 : Les musiques de film de Vladimir Cosma ;
- 17 h 30-19 h  : Répétition générale avant le concert de 20 h où seront interprétées des œuvres de Beethoven et de Brahms.
 
Ces séances sont réparties sur l’ensemble des espaces accessibles aux musiciens du festival. Les répétitions demandant le plus de musiciens prennent place dans l’auditorium situé sous le Musée des impressionnismes. L’une des pièces des maisons fournies par la Fondation Terra Costa pour loger les musiciens ainsi que l’équipe administrative est également utilisée comme salle de répétition. Les concerts du lendemain sont passés en revue. Les nuances à adopter y sont discutées en même temps que le tempo à suivre et l’interprétation à donner au morceau.
 
A l’heure du déjeuner, j’ai eu l’opportunité de parler à Michel Strauss. En plus d’être un violoncelliste de renom, professeur au Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), Michel Strauss est le créateur et le directeur artistique du Festival de musique de chambre de Giverny. Les jeunes musiciens qu’il a sélectionnés pour le festival font partie des meilleurs instrumentistes avec qui il a été amené à travailler au fil des années.
 
Les œuvres du programme sont également choisies pour permettre à ces musiciens juniors de jouer des pièces qu’ils n’auraient pas nécessairement l’occasion d’exploiter en conservatoire. Quant à la thématique de l’Europe, Michel Strauss tient à promouvoir l’ouverture à des cultures différentes sans oublier tout de même la situation politique, parfois déplorable, de certains pays d’Europe. La musique dans le cadre de ce thème prend alors un rôle pleinement politique. A la fin de ma journée à Giverny je retiens une grande convivialité et une complicité évidente entre tous les participants. L’engagement et la dimension politique du festival de Michel Strauss n’empêchent pas l’amusement et le plaisir de jouer des œuvres peu entendues habituellement. Un événement musical original et facile d’accès depuis les Yvelines. A écouter absolument !
 
Liens 
 
Photos du reportage :
 
Publicité