Vous êtes ici

Solidarité

Les jeunes du foyer Colibri ont rénové la passerelle de la Péniche

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

Comment faire quand les moyens humains et financiers se raréfient ? Faire appel à la solidarité, surtout si elle vient de la jeunesse. Le foyer Colibri de Jambville (Yvelines) a prêté main-forte avec l'aide des quatre jeunes et deux animateurs pour rénover la passerelle de la Péniche. Le mini-chantiersolidaire a eu lieu les 5 et 6 juin 2019.

Webtélé 2R.

Le trajet de Jambville à Triel-sur-Seine a nécessité environ 30 minutes de voiture pour quatre jeunes(1) du foyer Colibri. C'est un établissement créé par les Scouts et Guides de France pour réinsérer des jeunse en rupture. 

Ces quatre jeunes (Romano, Francis, Alexis et Assitan) étaient au rendez-vous, le 5 juin, prêts à donner le meilleur d'eux-mêmes pour rénover la passerelle de la Péniche Espérance, qui se situe au quai Auguste Roy. Après quelques minutes d'explications sur l'objet du chantier, ils se sont mis au travail avec enthousiasme et chaleur, malgré le temps froid.

Le travail était ingrat car il fallait, d'abord, nettoyer, poncer l'ensemble de la passerelle. Gratter et gratter, comme dirait l'autre, n'est pas facile pour ces jeunes âgés de 15 à 17 ans. Bien encadrés par deux animateurs (Margaux et Rénol), les jeunes ont posé des questions sur la méthode à utiliser et, à chaque étape, ils ont vérifié que le résultat était convenable. Certes, la vitesse n'est pas celle d'un professionnel de la peinture, mais on a fait avec les ressources humaines disponibles à ce moment-là. La pluie de l'après-midi du 5 juin a encore retardé le rythme de travail. Le chantier a dû s'arrêter à 15 heures mais ce n'était pas grave car l'essentiel du nettoyage avait été fait. 

Le lendemain, le 6 juin, tout a recommencé comme la veille avec enthousiasme. Cette fois-ci, l'ardeur et le soleil étaient aussi au rendez-vous. Les quatre jeunes et les deux animateurs ont terminé la préparation d'une surface d'environ 20 mètres carrés à peindre. L'organisateur du mini-chantier a apporté les matériaux, en particulier des pots de peinture noire anti-rouille. Deux équipes de peintres ont donné la première couche avec une musique endiablée du rap moderne.

Après une accélération à la fin de la deuxième journée, le 6 juin, tout avait été fait comme prévu. La passerelle était couverte d'une peinture noire. Cet embellissement a redonné ses lustres à la Péniche. Le bilan, pour le groupe de bénévoles, était gratifiant car ils ont appris à travailler en groupe et, surtout, ils ont compris le sens du bénévolat. Pour l'éducatrice Margaux Wiart, le bilan est excellent car cette expérience a apporté "une énergie encroyable, canalisée par la suite pour une œuvre d'intérêt général". Ainsi, la solidarité, qui devrait structurer notre société, a fait montre de sa vitalité dans le cadre d'une coopération fructueuse entre l'association de la Péniche Espérance et le foyer Colibri. Des belles perspectives se sont ouvertes depuis cet excellent mini-chantier.

Note

1. Romano Mercival, Francis Gabhoungoula, Alexis Semmani, Assitan Oiaby et les animateurs Margaux Wiart et Rénol Louis-Seize.

 

Publicité