Vous êtes ici

Arts plastiques

Les ateliers de dessin de Frédéric Toublanc : le plaisir vient avec les résultats

Par : 
Mac Guffin

Après avoir débuté par un cours à Verneuil dans le cadre d’une résidence d’artiste, Frédéric Toublanc assure aujourd'hui un atelier d’une douzaine d’élèves à Marly-le-Roi. En septembre, il ouvrira un cours à Triel-sur-Seine ; les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes.

Plaisir et rigueur, ce sont les maîtres-mots qui guident les ateliers de Frédéric Toublanc. Classicisme aussi, bien qu’aucun style ne l’effraie : “C’est juste l’art du dessin”, dit-il. “Au départ, on n'y coupe pas, il faut assimiler les bases : la perspective, le corps humain, l’ exploration des outils et des techniques... “ L’effort est un préalable, le plaisir vient avec les résultats, le plaisir de l’élève comme celui du maître. Pour autant, il veut que sa pédagogie, construite sur les bases de l’académisme, soit vécue comme une respiration, un loisir.

Depuis quelques années, Frédéric Toublanc mène en parallèle l’enseignement du dessin et sa carrière de dessinateur de bandes dessinées. “C’est un nouvel équilibre dans mes activités et cela me réussit plutôt bien. Auparavant je pratiquais de longs tunnels créatifs trés éprouvant notamment pour la réalisation de la série Vasco avec Gilles Chaillet, mais à la longue, cela ne me suffisait plus ! L’enseignement est pour moi une vraie respiration et je me réalise aussi dans la transmission. Voir les élèves progresser, c’est très satisfaisant."   

Comment cela se passe-t-il avec les élèves ? Les profils sont assez différents. "J'ai actuellement 13 élèves à Verneuil répartis sur deux séances hebdomadaires et 24 élèves à Marly-le-Roi sur trois séances hebdomadaires.Au départ il y a une envie forte, une passion. Les enfants passent beaucoup de temps à griffonner, beaucoup sont des lecteurs avides de mangas et, dès qu’ils ont un peu de temps et un papier qui traîne, ils dessinent, reproduisent leurs héros préférés, tels que Naruto, et cette passion dévorante ne va pas sans une sorte de frustration car la technique leur manque !

Frédéric Toublanc leur montre, par exemple, comment l’intégrer dans un environnement et produire des scènes expressives.

Frédéric Toublanc, la tradition de la ligne claire
 

Frédéric est né à la bande dessinée avec Astérix, Marcel Gotlib et Valérian. Passionné d’histoire médiévale, la collaboration pour quatre albums de Vasco est venue naturellement. Le créateur de la série, Gilles Chaillet, avait collaboré avec Jacques Martin sur Alix et Lefranc. Tout récemment, notre artisan de la ligne claire a réalisé un Tanguy et Laverdure dans un univers plus contemporain, série justement créée par Marcel Uderzo et Jean-Michel Charlier.



Site pour inscription : https://frederictoublanc.vpweb.fr/transmettre

 

Publicité