Vous êtes ici

Olympisme

JO 2024 : Andrésy accueillera les épreuves olympiques de triathlon

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

Dernière ville en lice face au géant parisien, Andrésy vient, cette nuit, d’être officiellement désignée par le CIO pour accueillir les épreuves de triathlon au programme des Jeux Olympiques 2024. Sensation pour cette petite ville de moins de 15 000 habitants et pour son club local, le Triath’Club d’Andrésy !

C’est un responsable d’association très enthousiaste qui a accepté de répondre à notre sollicitation téléphonique. Laurent Guerbois, membre du club depuis 1992 et président depuis janvier 2017, n’en revient toujours pas. « C’était très serré !  Paris avait évidemment de solides arguments mais nous y avons cru jusqu’au bout. Au final, nous sommes désignés ville organisatrice. C’est une très belle reconnaissance du travail effectué depuis plusieurs années par nos bénévoles. », relate-t-il.

Une décision pas si surprenante

Avant d’en arriver là, le Triath’Club d’Andrésy, ou TCA pour les initiés, a dû prouver sa capacité à gérer un évènement de cette ampleur. Chose faite en 2018 avec le retour de l’Aquathlon jeunes. « C’est ce qui a fini de convaincre le jury. Réussir à déplacer plus d’une centaine de jeunes triathlètes, notamment du Poissy Triathlon, dont le célèbre Sboug, dans notre belle ville a fortement pesé dans la balance ; on ne s’en cache pas. Je tiens à cet égard à remercier toute l’équipe d’organisation, particulièrement Matthieu Marchand, responsable de celle-ci ». Pour l’occasion, le club s’était d’ailleurs alloué la présence de Sébastien Rouault, parrain de l’épreuve et ancien nageur olympique. Un signe précurseur !

La passe à poissons, difficulté surprise

Le triathlon aux Jeux Olympiques, ce sont deux épreuves traditionnelles : une course individuelle femme puis une course homme. Les distances sont identiques : 1,5 km de natation, 40 km de cyclisme et 10 km de course à pied. En 2020, une épreuve relais mixte (2 hommes et 2 femmes sur des distances réduites) fera également son apparition. « Côté distances, nous n’avons pas notre mot à dire : le CIO veille à ce qu’elles restent les mêmes tous les quatre ans. En revanche nous avons carte blanche pour le parcours », nous confie Paul Legrand, entraîneur principal du club. C’est sur ce dernier point que le club d’Andrésy souhaite apporter son lot de nouveautés. « L’objectif n’est pas de proposer ce qui a déjà été fait. Il y a un dicton dans le milieu qui dit qu’un triathlon se perd en natation et se gagne en course à pied. Nous allons prouver le contraire ».

Pour confirmer ses dires, Paul Legrand a déjà son idée : « Nous allons profiter de la richesse de notre territoire et proposer une natation avec un dénivelé positif. Pour cela, nous ferons passer les nageurs par la passe à poissons du barrage d’Andrésy. C’est une installation en bon état [NDLR : mise en service en 2010] qui ne nécessitera aucun investissement supplémentaire. Mieux : elle rendra la course vivante et on imagine des écarts conséquents à la sortie de l’eau ».

Des Andrésiens au départ

Autre nouveauté, l’attribution pour le club organisateur d’un dossard pour chaque épreuve individuelle. « C’est une première. Le CIO souhaite, à sa manière, récompenser les bénévoles et surtout encourager le sport pour tous. Ils ont, par exemple, également décidé d’ouvrir l’épreuve du marathon à tous les concurrents ». Fort de deux dossards, un chez les hommes et un chez les femmes, le club se projette sans se mettre de pression. « 2024 c’est encore loin. Pour le moment, il est impossible de se prononcer chez les femmes tant la densité est forte. En revanche pour les hommes, il n’y a pas de doute, ce sera Emmanuel Randon », affirme l’entraîneur.

Pour l’heure, le club finalise les préparatifs afin de proposer la meilleure expérience possible. Le parcours devrait serpenter dans les rues de la ville en empruntant les zones historiques que sont la place du marché, le stade Diagana, la piscine Sébastien Rouault et la confiturerie. L’arrivée est pour le moment prévue sur l’Île Nancy, célèbre pour accueillir chaque année, à partir de mai, l'exposition d’art contemporain « Sculptures en l’île ». Cette île de la Seine devrait d’ailleurs être prochainement renommée Île Alain Beucherie, du nom du fondateur du club dans les années 1990 et président jusqu’en 2017. « Nous sommes encore en pourparlers avec la mairie sur ce point mais nous sommes très confiants », déclare Laurent Guerbois.

Le Triath’club d’Andrésy communiquera sur l’évolution de l’organisation via son site internet : http://www.andresytriathlon.fr et sa page facebook : https://www.facebook.com/Andresytriathlon

 

Publicité