Vous êtes ici

Habitat d'urgence

Le Plan "Grand froid" a été lancé

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

Le dispositif d’hébergement d’urgence de l’État en Île-de-France est renforcé en raison de l’épisode de grand froid à partir de mardi 22 janvier 2019. Quel est l'impact sur le campement de Tibétains dans la plaine d'Achères ? 

En raison de la baisse des températures que la région d’Île-de-France va connaître à partir de cette nuit, les services de l'État se mobilisent pour offrir plus d'hébergements aux plus vulnérables et renforcer le service du 115.

Le plan « Grand froid » sera ainsi déclenché dès mardi 22 janvier

298 places « Grand froid » (dont 116 à Paris) sont mobilisées en supplément des 5360 places d’hébergement d’urgence déjà ouvertes en Île-de-France (dont 2619 à Paris) depuis le 1er novembre.

Michel Cadot souligne que « la baisse des températures et l’épisode neigeux annoncés conduisent l’Etat en Île-de-France à ouvrir de nouvelles places d’urgence à Paris et dans les départements franciliens. Je remercie les services de l’Etat pour leur mobilisation ainsi que nos partenaires, élus locaux, associations, etc.»

Renforcement général de la mobilisation des services de l’État

Toutes les équipes de maraudes, pédestres, véhiculées, nocturnes (SamuSocial de Paris, Ville de Paris, associations, etc.) sont renforcées. Elles iront à la rencontre de tous les publics et ce dans les zones les moins accessibles y compris le Bois de Vincennes ou les quais de Seine. Par ailleurs, le nombre d’écoutants du 115 est également augmenté pour répondre aux demandes les plus urgentes.

Pour rappel, ces renforts complètent un dispositif permettant à près de 105 000 personnes de bénéficier d'un hébergement en Île-de-France chaque soir. A ce jour, 7524 places de renfort hivernal ont été identifiées en Île-de-France afin d’assurer la mise à l’abri des plus démunis pendant la période hivernale. Les haltes de nuit, structures accueillant les sans-abri tard dans la nuit, compteront 645 places en Île-de-France (dont 260 à Paris) au plus fort de la période hivernale.

La veille saisonnière est activée du 1er novembre au 31 mars. L’activation opérationnelle en cas de vague de froid s’appuie sur une vigilance météorologique transmise par Météo France.

Qu'en est-il du campement de Tibétains à Achères ?

Le site d'Achères qui accueille, depuis 2018, un groupe de réfugiés tibétains reste un sujet difficile pour les autorités compétentes. Après avoir alerté, depuis plusieurs jours, sur la situation des Tibétains du campement, les bénévoles ont été écoutés. 

Selon Henriette Barou, une des bénévoles actives au campement en question, la préfecture a réagi à ses demandes : "J'ai eu un appel de la préfecture ce matin [le lundi 21 janvier] m'annonçant leur prise en charge dès demain mardi." Il a été prévu un rassemblement à 8 heures le 22 janvier, puis "enregistrement et dispatching dans des gymnases des villes voisines dans un premier temps." Les chiffres sont en augmentation constante : le soir du 21 janvier, au campement, on a compté 75 Tibétains dont 18 femmes. Les bénévoles actives de la plaine d'Achères sont reconnaissantes envers la sous-préfecture des Yvelines d'avoir réagir efficacement afin de trouver une solution pour les mettre à l'abri des intempéries (-4 degrés ce soir à 20 h à Conflans-Sainte-Honorine). 

En attendant que l'hiver passe vite, les réfugiés tibétains sont traités d'une manière décente ici dans les Yvelines. 

Publicité