Vous êtes ici

Solidarité

Bambino, un jeune comme les autres

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

Le Collectif  Voisins Solidaires de Mézy (membre du collectif RAMY dans les Yvelines) a fêté samedi 27 décembre 2018 l'obtention du droit d'asile pour dix ans du jeune Ahmad (Bambino) autour d'un goûter partagé avec des migrants du CHU de Mézy-sur-Seine. 

Quel parcours depuis son village natal situé dans la région du Darfour ! Arrivé au CHU de Mézy-sur-Seine en août 2016, Ahmad a fait l’objet de décisions administratives rigoureuses et contestables qui ont rendu nécessaires plusieurs recours devant les tribunaux. En 2017, il a même été placé en centre de rétention administrative. Il avait failli être expulsé. Cependant, une mobilisation citoyenne a inversé la donne.  Par la suite, plusieurs mobilisations publiques devant la Centre de rétention administrative de Plaisir, ont conduit à sa libération.

Puis, en un an de janvier 2017 à janvier 2018, il y eut presque une dizaine d’occasions d’aller au tribunal : recours, appels, référé... Aujourd'hui, comme d'autres,  Ahmad qui vient d'avoir 19 ans, peut enfin rester sereinement en France. Il est actuellement dans un CADA en province, où il travaille beaucoup pour mieux appréhender les arcanes de la langue française et la culture de notre pays. 

Les bénévoles du réseau AMY, surtout ceux et celles de Mézy-sur-Seine, ont fêté, le 27 décembre 2018,  la fin de cette histoire. Bambino a été autorisé par l'administration à bénéficier de l'asile politique.  Ces bénévoles ont déclaré :  "Avec le Réseau AMY, nous lui souhaitons un avenir en France un peu plus éloigné des tribunaux et une pleine réussite dans son avenir. Nous réaffirmons que la solidarité entre les citoyens et les peuples passe par l’entraide, l’accueil, la convivialité, la tolérance, quels que soient la couleur de peau et l'origine. Beaucoup d’autre vies humaines sont à sauver : pour cela il va falloir se serrer les coudes et affronter la terrible loi Macron-Collomb."

L’hospitalité trouve sa source dans l’internationalisme et nous faisons nôtre ce que disait Charlie Chaplin : « Je suis un patriote de l’humanité ».

Publicité