Vous êtes ici

Livres à lire

Julie Sutter : "Pour se réaliser, il faut trouver son karma !"

Par : 
Rodrigo Acosta

L'artiste trielloise Julie Sutter a publié son autobiographie romancée, Vintergaek (Ed. Saint-Martin). C'est un livre touchant qui raconte le parcours, les convictions d'une femme libérée qui a su surmonter tous les obstacles avec humanité et persévérance. C'est en partie grâce à son père Joseph qui lui avait montré la voie et la manière de faire le mieux avec ce monde parfois ingrat et injuste mais tout en cherchant à rendre un peu d'humanité à chaque instant de sa vie. Une belle rencontre littéraire !

Il est rare de voir un mélange entre les Danois et les Français. Avec la vie de Julie Sutter, on est plus que ravi de savoir que ces deux pays ont connu les mêmes affres de la Deuxième Guerre mondiale et ses conséquences. D'abord, la petite histoire se mêle avec l'Histoire avec un grand H : elle a vécu le chaos et la pénurie de la guerre. Sa mère, belle et obstinée, qui s’appelait Gudrun, avait rejoint Joseph, son coup de foudre juste après la déclaration de la guerre. Elle a voulu rentrer à Paris pour retrouver son chéri, mais  l'avait-elle regretté après ? C'est la question de fond qui ne sera jamais résolue car Gudrun était partagée entre l'amour de son pays (le Danemark) et son amour, Joseph Sutter, un Français d'origine alsacienne.

Justement, ce livre restitue la recherche des racines de Julie. A un moment donné, dans un voyage au Danemark, elle décida de ne plus parler la langue danoise car ses rapports avec sa mère n'ont jamais été clairs. Celle-ci aimait-elle Julie ? Pourtant la mère était une tigresse pour défendre sa fille lorsque quelqu'un voulait l'embêter. Julie s'est réfugiée dans l'art et dans la rêverie : elle a même "traversé la zone d'au-delà". Incroyable !

En somme, Julie raconte ses petits pas dans le quartier d'Antin (9e arrondissement de Paris) avec les inquiétudes de l'occupation par les Allemands qui avaient voulu "arianiser" la France et se débarrasser des Juifs... L'humanisme de Joseph, le père, fait la différence car ce père-là offre la possibilité de dire que la résistance n'était pas seulement celle des armes. Il fallait résister avec douceur et compassion : il aida des SDF, cacha des familles fuyant le régime et les collabos. De plus, Joseph était un bon cuistot qui aimait la vie et donnait le maximum pour égayer le monde avec sa lumière. Il s'identifiait à Saint-Martin. 

Tout sa vie, Julie a été guidée par l'esprit de son père, auquel ce livre rend hommage. Grâce aux enseignements de son père sur la religion, la politique, la littérature, l'amour, l'art et le cinéma, Julie devint une femme libre de ses actes et consciente qu'elle avait le libre arbitre pour se battre pour l'égalité entre les sexes. Une série d'exemples cocasses mettent en lumière la difficulté d'être une femme dans l'après-guerre jusqu'aux années 1970. La contraception et  le droit à l'avortement sont des acquis pour les femmes qui avaient lu Le deuxième sexe

Julie raconte aussi les périples de sa vie, notamment à Triel-sur-Seine. Sa frustration sentimentale s'est terminée avec un choix cornélien : fallait-il garder son enfant après ? Elle décida qu'il valait la peine et s'est libérée de ce qu'on en dirait. Quelle audace et quel courage de femme ! Elle s’accroche et croit dans son destin ! 

C'est un livre agréable à lire pour mieux découvrir la force que chacun(e) peut avoir en soi et qui  permet d'avancer non seulement pour réussir individuellement mais aussi pour laisser une trace dans la vie collective. Julie est le rayon de lumière qui nous a toujours guidés. Ce livre rend compte d'une manière simple que des Julie existent quel que soit le temps et le pays, en France ou au Danemark.

 

Pour acheter le livre :

Vintergaek, Editions Saint Martin, septembre 2018, 152 pages (Prix : 18 €)

Editions Saint Martin
32 place de la Liberté
59100 Roubaix

www.aventure-litteraire.fr

Ce livre est également disponible sur Amazone (distribué par Cyberscribe ) sur la fnac.com et on peut le commander chez votre libraire. 

 

Publicité