Vous êtes ici

Livres à lire

La démocratie contre le royaume d'Attila

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

Yannick Prost définit le  modèle occidental libéral – sociétalement libertaire ? – optimiste, travaillant à la mondialisation, puis un monde qui ne cesse d’émerger, caractérisé par la confusion entre les pouvoirs politique et économique avant d’évoquer ce reste du monde « qui décroche ». Le monde est devenu une scène de chaos où la mondialisation néolibérale fait face à son grand défi, celui des violences radicales. 

 

Yannick Prost est un auteur réfléchi. En étudiant la production d’inégalités territoriales et sociales au Nord comme au Sud, la perte de sens et de lien communautaire ou national, en observant la nature de la violence évoluer et les identités se recomposer au sein de jeunesses oubliées ou délaissées, l’auteur montre comment se constituent des mouvements et des idéologies radicales défiant nos démocraties… Le concept nation est affaibli, malgré les ressurgences identitaires dans certains pays comme l'Hongrie. L'économie libérale et sa sacro-sainte croissance ont montré leur limite. 

Force est de constater que crise de sens, compétition pour les ressources, effondrement de systèmes politiques sans légitimité bouleversent tous les équilibres! La multiplication des conflits entretient une vaste zone de désordres où les entrepreneurs politiques extrémistes ont profité des espoirs déçus de l’Occident pour créer leur « royaume ». Face à cela, nos démocraties apparaissent comme sidérées. Si Daech est momentanément en passe d’être vaincu, tout indique que ces « royaumes » vont continuer d’émerger. Dans son livre « La démocratie contre le royaume d’Attila », Yannick Prost définit, tout d’abord, un modèle occidental libéral – sociétalement libertaire? – optimiste, travaillant à la mondialisation, organisant cette fluidité chère à Zygmunt Bauman, « au bénéfice d’une classe moyenne supérieure favorable au multiculturalisme, sécularisée, déterritorialisée » […] qui, pour autant, ne réussit plus à convaincre une partie de plus en plus importante des populations occidentales… Les laissés-pour-compte et les "individus inutiles" explique Prost. Et l’actualité liée aux "gilets jaunes" nous le démontre tous les jours. L’auteur décrit, ensuite, ce monde qui ne cesse d’émerger, proposant « une autre voie pour soutenir la croissance économique » […], caractérisé par la confusion entre les pouvoirs politique et économique. Cette « nouvelle donne » démocratique, reposant, toutefois, sur un système clientéliste et inégalitaire joue du nationalisme et de la fierté retrouvée des peuples comme d’un nouvel évangile à même de faire oublier la cruauté du Monde.

Enfin, l’analyste s’attache à dépeindre et comprendre ce reste du monde « qui décroche pour l’essentiel, ou qui s’accroche à l’un ou à l’autre des modèles, mais seulement par lambeaux, par accident, provisoirement » […]. En étudiant la production d’inégalités territoriales et sociales au Nord comme au Sud, la perte de sens et de lien communautaire ou national, en observant la nature de la violence évoluer et les identités se recomposer au sein de jeunesses oubliées ou délaissées, l’auteur montre comment se constituent des mouvements et des idéologies radicales défiant nos démocraties.

En effet, notre monde – ou plutôt, les trois mondes cernés par l’auteur, mondes qui cohabitent aujourd’hui sur notre planète – produit des « hommes inutiles, des individus et des territoires laissés-pour-compte, nourrissant tous les conflits actuels et futurs » […]. L’ouvrage, tout à la fois constat, analyse et bréviaire, se révélera rapidement comme l’outil indispensable à la compréhension de ces tensions souterraines ou trop visibles qui façonnent le monde aujourd’hui. Il porte un regard éclairé sur ce monde de frustrations, de violence qui est le nôtre. L’ouvrage, tout à la fois constat, analyse et bréviaire, se révélera rapidement comme l’outil indispensable à la compréhension de ces tensions souterraines ou trop visibles qui façonnent le monde d’aujourd’hui. Il porte un regard éclairé sur ce monde de frustrations, de violence qui est le nôtre.

Cependant, Prost ne critique pas l'homme œconomicus, celui qui est derrière cette errance intellectuelle depuis l'ère de la finance et de la comptabilité analytique. Tout est chiffré et c'est justement inhumain. Nous sommes arrivés à la fin d'un monde et une alternative nous est nécessaire pour pouvoir vivre à nouveau nos rêves, notre vie tout court. Un monde où, heureusement, « l’individualisme n’a pas encore tué le besoin de vie collective ».

L'auteur : Ancien élève de l’ENA, agrégé d’Histoire, l’auteur enseigne les relations internationales à Sciences Po et à l’Université Paris VII, à côté de son activité de haut fonctionnaire : Affaires étrangères, cabinet ministériel, politique de la Ville et prévention de la radicalisation. Aujourd’hui, conseiller du Haut-commissaire à l’engagement civique, il est un des promoteurs du développement de la Réserve civique. Ce Secrétaire général de l’Association Services Publics est aussi un homme engagé dans le secteur associatif (développement social de quartier : Projets 19, dans le 19e arrondissement de Paris). C’est sa pratique professionnelle et associative qui a nourri cet ouvrage.Yannick Prost est l’auteur de?: « Petites leçons d’Histoire contemporaine » (Major PUF). « Relations internationales - Histoire, questions régionales, grands enjeux » (Ellipses) avec Justine Faure.

Yannick PROST est à votre disposition pour une interview, le 28 novembre 2018

contactez : Jean-Marie Mongin - redaction@editionsdes60.paris 

Si vous désirez ce livre en SP, merci de préciser votre adresse postale à

Éditions L'Esprit du Temps

redaction@editionsdes60.paris

 

La Démocratie contre le royaume d’Attila
Format : 14 x 21 cm - 224 pages
Prix de vente : 23,00 

Publicité