Vous êtes ici

Urbanisme

Andrésy : une nouvelle offensive foncière des promoteurs

Par : 
Rodrigo Acosta

Depuis la rentrée, la prospection foncière s'accélère dans des communes comme Andrésy. Le Consortium Français de l'Habitation (CFH) a envoyé une lettre à tous les propriétaires à Andrésy. La municipalité a réagi en mettant en garde les habitants quant à ces pratiques spéculatives. 

En septembre 2018, CFH(1), un promoteur de province,  a lancé une nouvelle offensive dans plusieurs parties de la ville d'Andrésy. D'une manière méthodique, après avoir consulté les possibilités de construction résultant des modifications du Plan local d'urbanisme (PLU), ce promoteur promet de "valoriser" les biens dans un contexte d'opérations de promotion immobilière. D'emblée, il annonce sa volonté de "réaliser des opérations de logements collectifs" afin de saisir l'opportunité, proposant d'acheter les biens des propriétaire actuels "à un prix supérieur à [leur] valeur sur le marché de l'immobilier entre particuliers". Suite à cet exposé de motifs, le promoteur demande un rendez-vous "sans que cela ne vous engage" afin "d'étudier ensemble les meilleurs opportunités... pour l'acquisition de votre terrain." Comme d'habitude, les propriétaires sont appâtés par des perspectives spéculatives, après avoir été mis en confiance par les arguments vantant le professionnalisme et la solidité financière "d'une entreprise d'envergure nationale et internationale".

La municipalité a vivement réagi en informant la population qu'elle n'est pour rien dans cette offensive foncière et qu'elle reste opposée formellement à cette démarche (un prospectus a été distribué dans les boites aux lettres à ce sujet). En outre, la commune rappelle un certain nombre de faits ; notamment, des promoteurs promettent tout, sans mention de la réalité du mécanisme de construction : des situations juridiques complexes peuvent conduire à "des offres finales très inférieures au prix initialement proposé". Il faut savoir que ce type d'engagement vous contraint à "geler votre bien" durant des mois, voire des années. De toute façon, la ville s'opposera "par tous les moyens légaux possibles aux projets immobiliers qui ne respecteraient pas cette vision d'un urbanisme maîtrisé et qui dégraderaient" le cadre de vie andrésien. 

Ainsi, l'offensive de ce promoteur démontre d'une manière claire que le plan local d'urbanisme est tellement permissif qu'il continue d'aiguiser les appétits des promoteurs, ce qui pourrait "densifier et défigurer la ville" à terme. Le maire, Hugues Ribault, est conscient désormais que les promoteurs "vautours" sont de retour à Andrésy et dans les communes voisines. 

 

Note

1. Consortium Français de l'Habitation, CFH. Voir la lettre en PJ. 

 

Publicité