Vous êtes ici

Ecologie

Premier World CleanUp Day avec "Déchargeons la plaine"

Par : 
Rodrigo Acosta et Thierry Dornberger

Le 15 septembre, dans la Plaine, a eu lieu l'un des nettoyages citoyens de l'événement écologique World CleanUp Day. M. Jérôme Caen, délégué régional de l'association nationale qui est à l'iniative de cet événement mondial, a tiré un premier bilan positif : 1200 opérations en France, avec environ 300 000 bénévoles ! Sur le plan local, Thierry Dornberger a fait un récit de cette journée à Carrières-sous-Poissy. 

Interviews d'Alban Bernard, de Jérôme Caen et de Baptiste Girardet

Quoi de plus beau que de nettoyer, le weekend de la Journée du patrimoine, la plaine !  La plaine de Carrières-sous-Poissy, comme tous les lieux sacrifiés par des déchets ou des décharges sauvages, fait partie de notre patrimoine ; c'est une bonne raison pour les protéger.

Alban Bernard, initiateur de Déchargeons la plaine,  a demandé dans un premier temps à la ville de Carrières-sous-Poissy l'autorisation de nettoyer une zone à proximité de la mer de déchets. Une réponse négative lui a été transmise, principalement pour des raisons de sécurité des bénévoles, mais avec la possibilité d'aller nettoyer la plaine en face de la Fabrique 21. 

Le 15 septembre 2018, le mouvement du World CleanUp Day a donc été lancé à Carrières-sous-Poissy : plus de 70 bénévoles du collectif "Déchargeons la plaine", de l'ASAEECC  et d'autres associations comme la Fiesta Night et le Lions Club de Conflans-Montjoie, ont nettoyé la plaine. N'oublions pas le président et plusieurs membres de l'association World CleanUp Day qui ont retroussé leurs manches à leurs côtés ! 

Malheureusement, l'association Rives de Seine Nature et Environnement (RSNE), présidée par Anthony Effroy, n'a pas eu la même démarche que "Déchargeons la plaine" et n'est pas venue lui prêter main forte ! Son action de nettoyage était destinée à l'échec car elle n'était pas autorisée (certes, l'arrêté a été publié et affiché seulement la veille).

L'ASAEECC estime que les nettoyages citoyens doivent se dérouler comme les cérémonies commémoratives, sans rivalité politique mais dans l'union. Il reste à remercier tous les bénévoles, notamment Alban Bernard et Bruno Piva pour leur ténacité à veiller sur cette plaine encore bien meurtrie par la bêtise humaine. Le tonnage de déchets récoltés sera rendu public ultérieurement mais les photos montrent le grand travail réalisé. Il serait souhaitable que le maire, Christophe Delrieu, présent et actif lors de ce nettoyage, continue à  encourager les bénévoles pour nettoyer cette partie de la plaine et qu'ils soient, encore plus nombreux, au rendez-vous dans les prochaines années. 

Alors, à l'année prochaine sur une autre partie de la plaine !

 

Politisation du nettoyage

Même les déchets sont politisés à Carrières-sous-Poissy ! Comment une action en faveur de l'environnement peut-elle être à ce point travestie de ce qui devrait être son seul but : nettoyer la plaine ? J'en ai parlé samedi avec le président de l'association RSNE pour lui dire qu'à sa place, face au refus d'accès au site qu'il avait choisi, je serais allé sur l'autre emplacement avec les moyens humains et matériels qu'il avait réuni. Il y avait face à la Fabrique 21, bien assez de déchets pour occuper tous les bénévoles et une aide supplémentaire aurait été bienvenue. J'avoue que sa réponse m'a laissé perplexe : l'emplacement qu'il avait choisi était à ses yeux plus important par la symbolique qu'il représentait. On parle donc bien ici de médiatisation... Pour ma part, sur ce terrain face à la Fabrique 21, j'ai vu des personnes qui ont pris plaisir à participer à ce nettoyage. Un avantage du choix de ce lieu était qu'avant de repartir les bénévoles ont pu constater visuellement la différence avant et après leur passage ce qui n'aurait pas été le cas sur la "mer de déchets", tant l'ampleur des dégâts est importante. Ce qui est primordial, c'est de garantir que tous ces terrains ne seront plus pollués à l'avenir en interdisant les accès par des moyens suffisamment adaptés. Pour le reste, je laisse à chacun le soin d'apprécier la justesse du timing d'un arrêté qui aurait pu être pris bien avant la veille de cette journée de nettoyage. Je trouve également cocasse la réaction de l'ancien maire, Eddie Aït, lui qui avait porté plainte il y a quelques années contre un collectif qui avait eu la bonne idée de nettoyer les berges de Seine dans leur quartier(1). Enfin, Il est regrettable de constater une "politisation" d'un dossier où un certain consensus devrait prévaloir. (Auteur José Aparicio)

1. La Mairie de Carrières porte plainte contre le COZAC ! http://www.collectifzacbds.fr/article-166-118781302.html

Publicité