Vous êtes ici

Triathlon

Championnat d'Europe : Pierre Le Corre domine l'Europe

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

"Demain, il faudra faire aussi bien ! - Non, il faudra faire mieux".  C'est ce qui se murmurait hier dans le clan français. Après la médaille de bronze de Cassandre Beaugrand, les tricolores se tardaient de voir leur seul représentant, Pierre Le Corre, entrer en piste aujourd'hui. Parti avec ce poids de favori sur les épaules, il s'est envolé vers le titre européen en réalisant une course magistrale et en battant le double champion olympique, Alistair Brownlee. 

Qu'il est mérité ce titre ! Champion d'Europe Elite Courte Distance pour la première fois de sa carrière, Pierre Le Corre, seul représentant français aujourd’hui, a brillé.

Sorti de l'eau dans les trois premiers, il a réalisé tout le vélo dans le groupe de tête, composé de neufs unités (dont le Britannique, double champion olympique, Alistair Brownlee). Après la deuxième transition, c'est devant qu'il s'est élancé en course à pied. Rapidement repris par le Britannique et par le Belge Martin Van Riel (6e des Jeux Olympiques de Rio), ils ont couru à trois un long moment. Mais sur le dernier tour, les rebondissements ont été nombreux. Alistair s'est fait distancer et Fernando Alarza (ESP, 3e de la Wolrd Triathlon Series de Yokohama, 4e à Edmonton) est revenu en réalisant une course à pied endiablée. A l'arrivée, Pierre était seul en tête, suivi de près par l'Espagnol. La troisième place est revenue à Van Riel. 

Quelle course et quelle journée ! Espérons que nos Français et Françaises continuent sur cette lancée, avec le relais mixte demain. Notre nouveau champion d'Europe en titre sera accompagné de Cassandre Beaugrand (médaille de bronze hier), Léonie Périault et Dorian Coninx, tous trois sacrés champions du monde de la discipline à Hambourg il y a quelques semaines.

 

PIERRE LE CORRE, CHAMPION D'EUROPE 2018

« C'est magnifique ! Je savais que je pouvais le faire, mais de là à le réaliser, c'est autre chose ! Aujourd'hui, il y avait beaucoup d'attentes sur moi, car j'étais le seul Français. C'était un peu moi contre tous les autres, et répondre présent, c'est une belle satisfaction ! Je me sentais vraiment bien de début à la fin. Quand j'ai vu qu'Alistair revenait à pied, ça m'a mis un peu de pression. Mais heureusement pour moi, il n'était pas à son meilleur niveau. Il est redoutable, c'est une légende et quand il est à 100 % c'est dur de le battre ! Je ne voulais rien lâcher ! Je savais que c'était le moment de mouiller le maillot et de ramener une médaille pour la France, je suis vraiment super content ! » 

 

Publicité