Vous êtes ici

Sport et bien-être

Le tai-chi se développe à Maurecourt

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

A la rentrée de septembre, la traditionnelle discipline tai-chi-chuan sera pratiquée à la salle la salle des Pyramides centre Louis Aragon à Maurecourt. C'est une occasion pour reprendre un sport complet alliant la gymnastique, la souplesse et le bien-être. Voir aussi le site Internet www.taichi-idf78.com

Le tai-chi-chuan est un art martial chinois appartenant à la tradition et à la légende en matière de styles et de source d'inspiration. Il en résulte même une influence sur le monde contemporaine. 


Exécuté lentement, le tai-chi agit sur l'équilibre, la souplesse articulaire et tendineuse, et sur le travail des muscles internes. C'est à la fois le relâchement de soi et la force de l'adversaire qui se rejoignent pour rendre une série de huit techniques connues et reconnues par des amateurs de cet art martial.

Dans le cadre de l'association Taichi IDF 78, les amateurs de cet art martial sont introduits au style Yang et l'école Tung. Avec une pratique régulière, quel que soit l'âge, la relaxation s'installe progressivement et l'attention  du corps en mouvement se développe. 

L'enseignement et la technique font une. Concrètement, Jacques Houyvet a pratiqué le Karaté Shotokan de 1972 à 1984, et a découvert le tai-chi-chuan (les 24 mouvements de Pékin qu’il a pratiqués pendant deux ans) au sein d'un comité d'entreprise dans les années 90. Jacques commence le tai-chi-chuan, style Yang école Tung, avec Michel Dumas en 2004, et obtient  son certificat de moniteur fédéral d’arts martiaux chinois internes de Taichi Chuan en 2011 et continue de travailler auprès de son professeur Sophie Lahayville. Jacques Houyvet suit régulièrement les stages de Master Tung Kai Ying, le maître de l'école Tung.

Ainsi, à Maurecourt et dans ses environs, le tai-chi-chuan peut donc être pratiqué :
- comme une gymnastique maintenant et améliorant la souplesse et fortifiant le corps ;
- comme un bienfait sur la santé.

Dans le cadre de ces entraînements, le style Yang de l'école Tung (Dong) sera enseigné par des enchaînements ou "formes" : la forme lente de Yang Chen Fu et la forme lente de Dong Jia. En outre, d'autres formes seront mises en œuvre : les formes rapides et le Qi Gong. En troisième lieu, un travail à deux sera proposé pour les amateurs (Tuishou ou mains collantes et Sanshou, connue aussi par le vocable "enchaînements à 2") ainsi qu'un exercice avec des armes classiques de ce noble art : le sabre, l’épée et les bâtons.

Les cours seront assurés par Jacques Houyvet à la salle de danse Pyramide au Centre Louis-Aragon de Maurecourt le jeudi de 19 h à 21 h et le samedi de 10 h 45 à 12 h 45 et de 14 h à 16 h.
Les cours reprendront début septembre 2018 et les membres de  l'association Taichi IDF 78 serons présents lors de la journée des associations à Maurecourt.

Contacts :

- par mail: taichi.idf78@gmail.com

- par téléphone:  Marie-Odile au  06 89 92 54 04   

 

 

Art martial

 

Simple fouet par Yang Cheng-fu.

Le tai-chi-chuan en tant qu'art martial interne insiste sur le développement d'une force souple et dynamique appelée jing (劲), par opposition à la force physique pure li(力).

Une des règles du tai-chi-chuan est le relâchement song (). Ce relâchement garantit la fluidité des mouvements et leur coordination. Une fois la relaxation songinstallée, le pratiquant va développer le pengjing, force interne consistant à relier chaque partie du corps en restant relaxé. Selon un dicton : « Une partie bouge, tout le corps bouge ; une partie s'arrête, tout le corps s'arrête ». Le pengjing est la force caractéristique du tai-chi-chuan ; on peut lui trouver une analogie avec une boule élastique. Frappez la boule et votre coup sera retourné contre vous. Plus simplement, le tai-chi-chuan contrôle les mouvements en exerçant des forces tangentielles ou de rotation[réf. nécessaire].

Lors des frappes, l'énergie est tout d'abord concentrée dans le dantian inférieur (下丹田), qui est un des centres fondamentaux du qi (aussi connu sous la désignation hindouiste « second chakra »). Puis elle est libérée, accompagnée d'une onde de choc propagée par l'ondulation des articulations du pratiquant, tel un fouet. On appelle cette action faire jaillir la force, ou fajing (发劲).

Le tai-chi-chuan porte une attention particulière à l'enracinement. L'énergie doit aussi s'élancer des « racines » que constituent les pieds, puisque ce sont généralement eux qui, dans la majorité des cas, vont amorcer le coup que transmettra la main, ou tout autre partie frappante. On dit parfois, « le pied donne le coup, la hanche dirige et la main transmet ». L'énergie provient des pieds, puis elle est dirigée par la taille avant d'être transmise par les mains.

Le tai-chi-chuan peut aussi être vu comme un qigong. Il implique un travail sur le souffle et non sur la force brute. C'est pourquoi l'entraînement est tout d'abord exécuté lentement pour sentir les flux du souffle qi, en vue d'exercices d'alchimie interne plus approfondis. Le centre de gravité et la respiration doivent être amenés au niveau de l'abdomen, au dantian inférieur.

Les exercices de poussées de mains permettent d'appliquer les principes du tai-chi-chuan avec un partenaire, et ceci de manière progressive. Ils développent la sensibilité du pratiquant et ainsi sa capacité à transformer une action de l'adversaire à son avantage. Ils sont un prélude au combat libre sanshou.

Les applications peuvent être exécutées de différentes manières :

  • des coups frappés aussi bien avec les pieds ou les genoux que les mains ou les coudes ;
  • des chin-na (擒拿), qui sont en fait des clefs que l'on retrouve en aïkido ou en ju-jitsu ;
  • des pressions sur les cavités pour provoquer des blocages respiratoires ou sanguins ;
  • des pressions sur les points d'acupuncture qui peuvent gêner la course de l'énergie vitale et entraîner des troubles de l'organisme (état mental, destruction des organes internes, K.O., voire la mort). Il s'agit du plus haut degré de maîtrise.

Le tai-chi-chuan se pratique généralement à mains nues, mais il existe des formes de tai-chi avec éventail, poignard, épée, bâton, sabre, que le pratiquant pourra apprendre après quelques années d'expérience.

Source : Wikipédia 

Voir aussi :

la galerie photos de l'association Taichi IDF 78

 

Pour plus de renseignements, vous pouvez retrouver le site Internet de l'association :
www.taichi-idf78.com

Publicité