Vous êtes ici

Conflits sociaux

Mobilisation des facteurs yvelinois contre la réorganisation de leur travail

Par : 
Rodrigo Acosta

Le mardi 29 mai, un appel à une grève des facteurs des Yvelines a été lancé par plusieurs syndicats dont la CGT. C’est le « 3ème Round » selon ce syndicat qui est lancé dans notre département après celles du 19 avril et du 15 mai derniers. C'est une mobilisation contre les îlots, les tournées sacoches et la pause méridienne qui, selon eux, remettent en la cause la qualité du service et le métier de facteur.

En Bretagne, les facteurs de Rennes Crimée, en grève pendant  131 jours, ont repris le travail le 23 mai dernier après avoir obtenu un accord dont l’un des points est « La pause méridienne obligatoire est abandonnée » ; ceux des Yvelines poursuivent ou commencent, dans certains cas, à se mobiliser pour ce même motif et bien d’autres.

Le 19 avril dernier, des facteurs de Chanteloup-les-Vignes, Saint-Germain-en-Laye, Noisy, Montigny et Carrières-sur-Seine se sont mobilisés contre une réorganisation, qui va, selon la CGT, dégrader la qualité du service aux usagers. Cette mobilisation s’est reproduite le 15 mai à Mantes-la-Jolie, Magny-les-hameaux et Rambouillet, ainsi qu'à Trappes, Aubergenville, Versailles et Fontenay. Le mardi 29 mai, un appel à la mobilisation est à nouveau lancé pour que la réorganisation mise en place par la direction soit abandonnée comme elle le fut en Bretagne et dans d’autres régions en France. Tel est l’objectif des syndicats.

D’après, un tract distribué par le CGT, changer les horaires des facteurs, en étalant leur travail sur la journée (9 h-16 h3 0 du lundi au samedi avec une pause repas) au lieu de la matinée, et en faisant qu’une tierce personne prépare la tournée au lieu de celle qui va la distribuer, peut porter préjudice à la qualité du service. « Réaliser son métier de facteur de façon convenable est devenu impossible ! Le lien entre facteur et ses usagers va finir totalement par disparaître …les entreprises et les usagers qui seront en fin de tournée seront pénalisés par ce type de distribution. » Cette analyse part du principe, assez logique en soi, que le facteur, qui prépare et distribue sa tournée, s’adapte plus facilement aux aléas qu’il peut rencontrer sur le terrain.

Les usagers sont certes habitués à trouver leurs courriers et leurs colis dans leurs boîtes en fin de matinée, comme les entreprises et les sociétés. Celles-ci organisent souvent leurs activités en fonction des courriers reçus le matin et l’après-midi sert à répondre. « Ne plus recevoir le courrier le matin, mais dans l’après-midi, pourrait être un problème pour nous », confie une société yvelinoise interrogée à ce sujet. Les particuliers sont,également, inquiets, car ils pourraient recevoir, par exemple, leurs magazines ou leurs journaux qu’en fin de journée au lieu de fin de matinée. Les sociétés concurrentes de la Poste pourraient aussi profiter de cette situation, en reprenant la distribution de magazines, dont la livraison serait assurée le matin, bien que d’autres, qui distribuent des colis déjà toute la journée, pourraient, à l’inverse, se faire prendre des parts de marché par le service colis postal qui fonctionnerait alors de 9 h à 16 h 30. Dans cette même logique, une distribution de courrier durant l’après-midi, pourrait permettre de toucher plus de monde que le matin.

Ce problème n’est-il alors qu’une question d’adaptation horaire, qui pourrait se régler d'elle-même dans le temps ? En Bretagne, le passage à ce mode d’organisation a conduit à la suppression de tournées, donc d’emplois, et les facteurs ont eu du mal à tenir la cadence, voyant la qualité de leur travail se dégrader, l’après-midi pouvant servir à gérer une distribution exceptionnelle.  Ce point est d’ailleurs dénoncé par les syndicats, également dans les bureaux des Yvelines où cette réorganisation a été faite. La problématique de la « tournée à pause méridienne » n’est que l’un des aspects de la réorganisation que souhaitent exposer les facteurs des Yvelines lors de cette grève.

Publicité