Vous êtes ici

Vie locale

A Triel, les nouvelles ne sont pas bonnes !

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

A la réunion du conseil municipal de Triel-sur-Seine, le 24 mai, diverses nouvelles que nous qualifierons de mauvaises nouvelles ont été partagées. La bonne ville de Triel traverse-t-elle une mauvaise passe ? Est-elle maudite ?

D'abord, l'affaire de l'affaissement de l'immeuble du 177 rue Paul-Doumer (en face de la rue Galande) semble être un dossier inextricable. Un expert a été mandaté par le tribunal d'instance de Versailles. Selon nos informations, il aurait dû passer le vendredi 25 mai. Affaire mal barrée pour les usagers de la Poste et de la RD 190.

Ensuite, des affaissements de la chaussée ont eu lieu rue Lechenet et la Communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise va s'en occuper...
 
En troisième lieu, les remblais de la plaine reviennent sur la place publique. La société EMTA demande une prolongation de la concession (à 2021 au lieu de 2019) et une augmentation du volume à verser sur la plaine. De toute manière, cette affaire est traitée entre la Préfecture des Yvelines et GPS&O. Le maire a été convoqué pour une réunion d'information du 29 mai ; en attendant, le conseil municipal a adopté un vœu pour exiger le respect de la charte initiale dont la fin de cette concession en 2019.
 
Enfin, Joël Mancel, maire de Triel-sur-Seine, a annoncé la fermeture probable du centre des impôts de Triel. Tous les usagers seront affectés au centre d'impôts de Poissy à partir de janvier 2019. Pour pallier ce manque, des permanences pour la déclaration des revenus auraient lieu deux fois par semaine et vraisemblablement en mairie. Le maire, désabusé, a conclu que sa réputation dans l'histoire locale sera "celui qui a fermé tous les services publics à Triel", malgré lui !
Publicité