Vous êtes ici

ACTU - Environnement -

Projet de circuit Formule1 : rassemblement d’opposants

Par: 
la rédaction

Samedi 17 janvier, au rond point des Garennes situé sur la route qui va des Mureaux à Flins se sont rassemblés les opposants au projet de circuit de Formule1. On comptait environ 1300 personnes dont beaucoup d’élus et de responsables associatifs.

JPG - 3.4 Mo
Un cortège commandé par des élus

Un obstacle de plus se dresse désormais sur la route de Pierre Bédier (et son projet de Formule 1) : le peuple des Yvelines et d’ailleurs. La manifestation du 17 janvier a été l’occasion de constater deux événements dans le dossier du projet de circuit de Formule 1 : la mobilisation - 700 selon le RG et 1300 selon les organisateurs - démontre que les clivages politiques et socio-professionnels sont dépassés sur cette affaire. Une quarantaine d’élus et de responsables associatifs réunis sous le collectif « Flins contre la F1 » ont l’appui majeur des riverains des Rives droite et gauche autour du projet. Sur le plan politique, les Verts (Albert Bischerour, adjoint au maire des Mureaux) le PS (Céline Boumel, adjointe au maire des Mureaux et Patricia Hamard, conseiller municipal chargée de la petite enfance…aux Mureaux), le CAP 21 (Helène Danel, habitante de Mézy…). On y vit les drapeaux du PCF, du NPA, ATTAC,

De plus, les nombreuses associations professionnelles et locales figurent parmi les opposants : les agriculteurs bio, les cyclistes des Yvelines, Association de Défense des Intérêts des Vernoliens (ADIV), Association des Usagers des Transports (AUT), Association pour la Défense de l’Environnement de Mézy (ADEM), Fédération nationale des Agriculteurs Bio (FNAB), Fédérations des Associations de protection de l’environnement de la haute Vallée de l’Orge (FAVO), Vélorution Paris-IDF, WWF-France.

JPG - 878.7 ko
Les meneurs de la fronde

En deuxième lieu, les maires de Mézy-sur-Seine (Jean Mallet), d’Issou (Martine Chevalier), d’Evequemont (Ghislaine Sennée), Michel Vampouille, Conseiller régional ont renforcé la légitimité démocratique de cette manifestation.

JPG - 825.4 ko
Les élus d’Issou

Ces élus, porte-paroles du peuple, manifestaient leurs indignations et colères aussi pour le manque de concertation et en contradiction avec les engagements « durables » pris dans les cadres du Grenelle de l’Environnement et de l’OIN… : les élus craignent la pollution de l’air et de la nappe phréatique, les nuisances sonores et visuelles, et défendent le projet de développement de l’agriculture biologique qui devait voir le jour sur ces terres. La procédure de ZAD (décembre 2008) était « une préemption pure et simple », a souligné le Conseiller régional, Michel Vampouille.

« La période Post-Kyoto montre que l’eau est un enjeu du 21e siècle » a expliqué la maire d’Evequement, Ghislaine Sennée tout en s’interrogeant sur les études d’impact de ce projet qui « ne va pas forcément être du développement durable ! ». elle attend une réponse claire du Conseil Général avant de se prononcer définitivement.

JPG - 914.2 ko
Après 2 km de marche

Pour la majorité de manifestants, après un bref discours en face d’un hôtel Formule 1, les 122 millions d’euros pour financer un circuit devraient être utilisés pour « créer des emplois pérennes ! » Le slogan « Les bolides, c’est pipo ; c’qu’on veut, c’est du boulot » était maintes fois chanté avec détermination. Maintenant, c’est à l’autre camp de démontrer sa force de « comm » et de persuasion. Ensuite, ce sera le tour de Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1, de tranchera entre les différents projets français toujours en lice. « Un homme qui équivaudrait 1300 citoyens sur ce dossier ! » selon un manifestant de Verneuil-sur-Seine. Encore faut-il qu’il ait envie de faire un Grand prix de Formule 1 en France.

Publicité