Vous êtes ici

OPINIONS - Tribunes -

Le maire : VRP de luxe du groupe Casino, au Salon des Maires de France

Par: 
Lionel Wastl

Quelle ne fut pas la surprise des élus de l’intercommunalité de se retrouver face à Hugues Ribault, maire (UMP) d’Andrésy, sur le stand du groupe Casino !...

… Certes, un Hugues Ribault pas en chair ni en os. Mais un Hugues Ribault passant en boucle, sur le grand écran installé au stand Casino, devant des dizaines de milliers d’élus locaux de la France entière !

Le maire d’Andrésy faisait la promotion des supermarchés Casino, installés dans des zones urbaines.

M. Ribault et Casino sont unis par des négociations qui débutèrent il y a quatre ans, lorsque le groupe de grande distribution avait contacté la mairie d’Andrésy pour un projet d’implantation, en centre ville, d’un supermarché dit « de proximité » (sic).

 

Le supermarché Casino : une création mouvementée

 

La vente d’un magasin en centre ville, en été 2007, installé dans une partie d’une vieille usine en meulière, briques et fer forgé fut une occasion en or pour Casino.

L’Immobilière Casino racheta les entrepôts Bonnafoux (route de Triel) pour y installer, fin 2007, un supermarché, des parkings et une station essence.

Ce projet anima fortement la vie locale et la scinda en deux. D’un côté, des habitants du sud de la ville, satisfaits de l’arrivée d’un tel point de vente. De l’autre, des quartiers (Charvaux, Fin d’Oise) inquiets des conséquences de la grande distribution sur leur commerce de proximité, rejoints par la plupart des commerçants de la ville qui signèrent une pétition.

Les associations de cadre de vie se mobilisèrent aussi contre la destruction d’une ancienne usine de clouterie, d’une architecture industrielle typique du début du XXème siècle. Ces anciens bâtiments avaient été « répertoriés » par la Direction des affaires culturelles de l’Ile-de-France comme « richesse patrimoniale intéressante » et unique dans le canton…

« Répertoriés »… mais pas « classés » : les anciens bâtiments furent donc détruits, au grand dam des associations de cadre de vie qui lancèrent une pétition signée par plusieurs centaines d’Andrésiens.

A la place : un supermarché, son parking et sa station essence, le tout en pleine zone résidentielle.

Moins d’un an après son installation, les deux supérettes locales ont subi de fortes baisses de chiffre d’affaires, particulièrement le Petit Casino des Charvaux.

Hugues Ribault est satisfait par ce nouveau supermarché qui a permis, selon lui, de « limiter l’évasion commerciale » vers le Leclerc de Carrières-sous-Poissy notamment.

 

Des « commerces de proximité » proposés sur le stand Casino

 

Au Salon des Maires, M. Ribault témoignait donc, par écran interposé et en compagnie de quelques autres maires, de l’intérêt pour une mairie d’implanter un magasin de grande distribution en zone résidentielle.

Mais à y regarder de plus près, le choix du maire et du supermarché d’Andrésy pouvaient surprendre. En effet, le stand Casino présentait aux élus locaux les différents « concepts de commerce de proximité ». Quatre modèles étaient ainsi présentés : le SPAR, le Petit Casino, le Petit Casino 24 et les supérettes destinées aux zones rurales (Vival).

Ainsi, point de « supermarché Casino » comme celui d’Andrésy, qui ne fait pas partie de la branche « Proximité Casino ». Et quant au seul « commerce de proximité » de la ville du groupe Casino, il est en quasi-faillite (le Petit Casino des Charvaux).

Bref, à y réfléchir, Andrésy n’était pas forcément la meilleure illustration de réussite des modèles de proximité proposé par le stand Casino !

Mais quel beau coup d’éclat médiatique pour le maire d’Andrésy, dans un Salon où tout le gratin politique s’était déplacé !

Publicité