Vous êtes ici

CULTURE - Architecture - Patrimoine -

Le Musée Maurice Denis à Saint-Germain-en-Laye s’enrichi par une autre œuvre de Paul Ranson

Par: 
Rodrigo Acosta

On redécouvre un oeuvre perdue de Paul Ranson...

Acheté lors d’une vente publique chez Christie’s à Londres le 5 février 2008 par le Conseil Général des Yvelines, un des panneaux non répertorié que Paul Ranson (1861-1909) avait réalisé pour la salle à manger de « La Galerie de l’Art Nouveau » de Siegfried Bing sera exposé bientôt dans les collections du musée Maurice Denis.

Il s’agit d’une acquisition exceptionnelle et inattendue puisque ce panneau daté de 1895 ne figurait même pas dans le catalogue raisonné de l’artiste paru en 1999. Il vient enfin d’arriver en France et complétera le collection du Maurice Denis.

En retour en arrière s’impose. En 1894 Siegfried Bing transforme sa galerie d’art asiatique situé rue de Provence près de l’Hôtel Drouot à Paris, en Maison de L’Art Nouveau. Concept aujourd’hui connu de magasin pour la maison où sont exposés à la vente tous les éléments pouvant concourir à la décoration et à l’aménagement d’un intérieur moderne. Tous les grands noms de créateurs de la Belle époque y sont convoqués : Gallé, Van de Velde, Bigot, Dalpayrat, Lalique, De Feure, Colonna…

Pour la décoration du magasin il fait appel à plusieurs peintres nabis. Maurice Denis réalise les frises pour une chambre à coucher de jeune fille, Edouard Vuillard décore l’antichambre, Paul Ranson la salle à manger. Le décor de la salle à manger était composé de plusieurs panneaux qui s’intégraient dans des boiseries réalisées par Van de Velde. Trois panneaux ont été offerts en donation par la famille Ranson en 1978, deux autres panneaux, deux dessus-de-porte et la quasi-totalité des études préparatoires ont été acquis en 1998 et 1999. Un autre panneau se trouve dans les collections du musée préfectoral de Niigata au Japon. Grâce aux études préparatoires, le panneau de Londres a pu être identifié comme faisant partie de l’ensemble, vraisemblablement le pendant d’un autre panneau de même format appartenant au musée : Femme au chien qui saute.

Enfin de retour, cette œuvre exceptionnelle va faire l’objet d’une étude approfondie et sera exposée prochainement dans les salles en attendant la reconstitution de la disposition d’origine, prévue dans le cadre des futurs aménagements du musée de renommé international. Ce panneau a été acheté avec l’aide du Fonds National du Patrimoine et du Fonds Régional d’Acquisition pour les Musées.

Publicité