Vous êtes ici

Migrants

Que sont-ils devenus ? Meral, assistante dentaire

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

"Je suis arrivée en 2009 sur le territoire français, pour des raisons familiales. Je suis la fille d’une famille, où personne n’était en situation régulière ; donc tout commençait bien !"  En partenariat avec le reseau RESF78, le J2R va publier une série de témoignages faits par les jeunes migrants qui ont été aidés par le réseau RESF. Pour celui-ci, il s'agit d'un projet qui donne la parole à ceux et à celles qui se sont installés en France. 

Un article de plus de la série RESF 78
écrire : http://www.resf78.ouvaton.org/spip.php?article295

http://www.resf78.ouvaton.org/spip.php?article293

 

Je suis arrivée en 2009 sur le territoire français, pour des raisons familiales. Je suis la fille d’une famille, où personne n’était en situation régulière ; donc, tout commençait bien !

Avant de venir, je pensais que tout allait rentrer dans l’ordre avec peu de difficulté mais hélas ce n’était pas si simple pour quelqu’un qui venait d’apprendre son premier mot en français : « Bonjour » !

6 mois après mon arrivée, je me suis inscrite dans un lycée pour apprendre le français ; ils donnaient des cours de SVT, histoire-géo, maths etc. Tout ce que je connaissais déjà, en version française, malheureusement non sous-titrée ! Malgré tout, j’ai fini cette année avec des encouragements. Mes notes m’ont permis de passer dans un lycée général assez prestigieux.

Avant de quitter mon pays d’origine, j’étais en première S. Comme j’avais des difficultés avec la langue que je ne maîtrisais pas parfaitement après six mois de cours (sans compter les vacances scolaires, pendant lesquelles j’oubliais une grande partie de ce que j’avais appris), j’ai décidé de faire un bac S en espérant l’avoir avec de bonnes notes en maths.

Je rêvais d’être dentiste ; c’était possible quand j’étais en Turquie,  car j’étais assez forte dans toutes les matières mais ici c’est devenu un vrai rêve pour moi. J’étais en terminale S, mais je ne savais toujours pas ce que j’allais devenir. La directrice de mon lycée m’a conseillé de devenir assistante dentaire, le métier le plus proche de mes rêves. J’ai commencé à faire des recherches et j’ai fini par trouver l’école qui m’a permis d’avoir mon diplôme.

A côté de ma scolarité, j’étais censée m’occuper de mes dossiers administratifs pour régulariser ma situation et celle de ma famille. J’avais eu un OQTF et plusieurs refus. Mes camarades révisaient pour les contrôles, moi je révisais pour construire un dossier complet. Je ne comprenais pas pourquoi la France ne voulait pas de moi !

Comme j’avais décidé de faire un apprentissage, j’étais toujours étudiante, pour pouvoir travailler il me fallait absolument une carte de séjour. J’ai eu ma première carte étudiante avec l’aide du réseau RESF, puis la carte salariée après avoir été diplômée, et récemment une carte d’identité nationale !

Je suis assistante dentaire en CDI, j’ai réussi aussi pour mes parents qui sont maintenant en situation régulière.

J’ai appris qu’il ne faut jamais abandonner, tout est possible si on y croit !

Publicité