Vous êtes ici

Santé publique

Triel crée sa maison de santé pluridisciplinaire

Par : 
Rodrigo Acosta

Très attendu des Triellois et de la communauté médicale, le projet de maison de santé pluridisciplinaire, porté par la Ville de Triel, sur Seine aboutit. La ville envisage d'ouvrir le centre médical au premier semestre 2019. 

Issu d’une concertation d'une durée de trois ans avec les médecins, la maison de santé accueillera plusieurs disciplines médicales et paramédicales sur 700 m2, au cœur de ville, à côté du bureau de Poste.
 
En 2019, le docteur Jérôme Fer, ophtalmologiste, prendra sa retraite ; les Joly, deux médecins généralistes vont aussi partir bientôt. Au centre médical vétuste de la rue du Pont, il n'y aura plus personne pour accueillir de plus en plus de malades, jeunes et vieux, qui ne sauront plus où aller. Afin de compenser le départ en retraite de ces médecins et de proposer aux professionnels de santé des conditions d’exercice en phase avec leur attentes, la Ville de Triel-sur-Seine conduit depuis plusieurs années un projet de création d'une maison de santé pluridisciplinaire, regroupant plusieurs professionnels.
 
Celle-ci s’implantera sur plus de 700 m2 en plein centre-ville de Triel, autour de l’immeuble accueillant actuellement la Poste, et dont la Ville va se porter acquéreuse. Le bureau de poste sera conservé. Les professionnels de santé s’installeront dans les étages, qui seront complètement réaménagés, ainsi que dans une extension à construire ultérieurement, en bordure nord du terrain.  Plusieurs disciplines seront regroupées :
- Un pôle médical–infirmier avec 5 cabinets de médecine générale, 3 de spécialistes de proximité et une salle de soins infirmiers ;
- Un pôle kinésithérapeute–podologie ;
- Un pôle orthophoniste–orthoptiste ;
- Un pôle dentaire.
 

Cependant, il est connu par des urbanistes que construire une maison de santé ne suffit pas. Lors de son passage à Triel, le président du Sénat, Gérard Larcher avait averti les élus triellois : plusieurs centres (ou maisons) de santé restent vides en France, notamment dans les zones rurales et dans la banlieue.  Interrogé par le J2R, Michel Poirot, adjoint à l'urbanisme, l'a admis : la Ville n'a pas encore une certitude sur les médecins qui vont probablement utiliser cette maison de santé. Il faut, toutefois,  la construire, sinon " la ville n'aura pas de chance de pouvoir attirer une équipe médicale". A la Maison de santé pluridisciplinaire de Conflans-Sainte-Honorine, les généralistes utilisent d'une manière collective les bureaux et les locaux. Quant au risque de construire pour rien, M. Poirot a expliqué que la maison de santé est nécessaire, mais cela ne suffit pas pour réussir ce projet. Par conséquent le risque existe, mais ce risque est mesuré par les élus en charge du dossier. La Ville  ayant acheté l'immeuble actuel de la Poste pour faire les travaux dès que possible, ce projet de maison de santé ne dépend pas de la réalisation, ou non, de l'opération immobilière "ilôt-théâtre". 

Publicité