Vous êtes ici

Vœux 2018

La commune et les services de proximité au cœur des vœux du maire d’Hardricourt

Par: 
Damien Delerin

Samedi 27 janvier 2018, Yann Scotte, conseiller départemental des Yvelines et maire d’Hardricourt, a présenté ses vœux à travers lesquels il défend le territoire des Yvelines, les actions et les pouvoirs des communes ainsi que les services de proximité comme le CHIMM, dont il salue la sauvegarde du service de réanimation.(Webtélé2R)

La cérémonie des vœux d’Hardricourt s’est tenue dans la salle des fêtes de cette commune « rurbaine », comme le dit lui-même M. le Maire Yann Scotte, également conseiller départemental des Yvelines. Ce terme, né de la contraction des mots « rural » et « urbain », est revendiqué par le maire car il lui semble le mieux définir sa commune.

Une commune en bon état financier

D’ailleurs, le Plan Local d’Urbanisme d’Hardricourt est travaillé dans ce sens, expliqua le premier adjoint au maire aux finances, Fabrice Pourché, qui a ouvert la cérémonie des vœux.

Dans la salle, il y avait beaucoup de monde, malgré la crue de la Seine. De nombreux maires voisins étaient présents, dont Karl Olive, maire de Poissy, commune où la crue était très importante. Le premier adjoint au maire a rappelé l’attachement de l’équipe municipale à son territoire local et à la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPS&O), dont le président était présent. Le discours du premier adjoint s’est voulu rassurant sur l’état de santé financier de la commune, puisqu’il a annoncé que le budget est stabilisé après de nombreux efforts sans hausse des taxes locales. Il n’y en aura pas en 2018 « même en fonction de la suppression de la taxe d’habitation ».

« Il y a des équilibres simples à préserver »

Yann Scotte, qui prit la parole à la suite de son premier adjoint et d’une rétrospective, en photos et musiques, de l’année écoulée à Hardricourt, réaffirma son attachement au territoire local, allant à l’encontre d’une potentielle disparition du département des Yvelines. « Il y a des équilibres simples à préserver », déclara le maire.  Pour lui « la commune est menacée ». Il est conscient des bouleversements politiques qui se sont déroulés en 2017 et il ne pensait pas être, un jour, de la même génération que le président de la République. Toutefois,  il est inquiet par rapport à la baisse des dotations globales et il se bat pour maintenir les services publics de proximité. Pour lui, c’est à l’échelle de la commune et du local, que ces services sont mieux gérés. Il est pour la décentralisation des pouvoirs et ne voit pas les actions gouvernementales actuelles aller dans ce sens. Il voit plutôt une recentralisation qu’il associe à la vision du « Grand Paris » du gouvernement. «  La techno-macronie n’est pas ma patrie !  », a-t-il précisé. Pour lui, l’action des élus locaux est essentielle car ils sont, eux,  sur le terrain et ils sont donc plus avisés pour prendre les choix adaptés aux situations. La baisse des dotations et la suppression à venir de la taxe d’habitation sont vues comme des freins aux actions des communes. Tout en développant son discours sur ce sujet, Yann Scotte, aidé des élus de son conseil, a mis un casque de chantier et un blouson jaune. Des bottes en caoutchouc furent posées à côté de son pupitre. Cette tenue est celle de l’élu de terrain mais c’est aussi celle qu’il porte depuis quelques jours en raison de la crue de la Seine.

« Depuis jeudi, le combat est gagné ! »

Pour M. le Maire, 2017 ne fut pas « qu’une année de combat électoral ». Ce fut également une année de combat pour conserver les outils assurant les services de santé de proximité. Évidemment, Yann Scotte faisait référence au Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan-Les Mureaux (CHIMM) et à la décision de l’Agence Régionale de Santé (ARS) de fermer son service de réanimation. Un combat avec l’ensemble du personnel de l’établissement, des médecins, des élus locaux, des usagers… a été mené pour sauvegarder ce service. « Depuis jeudi, le combat est gagné !  », a-t-il affirmé en présence du collectif qui a mené le combat et de Cécile Zammit-Popescu, conseillère départementale des Yvelines et maire de Meulan-en-Yvelines. Après la cérémonie, celle-ci s’est dit soulagée, espèrant que, dans trois ans, la situation ne se représentera pas.

Dans la suite de son discours, Yann Scotte présenta les projets réalisés ou à venir dans sa commune. Il souligna l’importance de l’éducation, qui doit être pour lui la priorité, en précisant que deux classes se sont ouvertes ainsi qu’une école privée à Hardricourt.


La fin de la cérémonie a été marquée par la remise de prix aux nouveaux bacheliers de la commune et à des habitants d’Hardricourt ayant remporté des concours pendant l’année 2017. Pour terminer, le maire invita les personnes présentes à découvrir une nouvelle friandise locale (à découvrir dans le reportage vidéo à venir).

Publicité