Vous êtes ici

Vœux 2018

Les premiers vœux du Mouvement Radical / Social-Libéral des Mureaux

Par: 
Damien Delerin

Samedi 20 janvier 2018 s’est tenue la cérémonie des vœux de la section locale du Mouvement Radical / Social-Libéral des Mureaux présidé par Papa Waly Danfakha, en présence d’Eddie Aït, président du Groupe Radical Citoyen, Démocrate, Ecologiste et Centriste (RCDEC) au Conseil régional d’Île-de-France, membre du Comité national du Mouvement Radical et de François Garay, maire des Mureaux, invité à cette occasion. (Webtélé2R)

C’est à l’espace de quartier Gérard Philippe que la section locale du Mouvement Radical / Social-Libéral,

Renouveau du plus ancien parti de France

Ce nouveau mouvement résulte de la fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti radical valoisien de centre-droit. La section « Jean-Zay », nommée ainsi lors de son ouverture en tant que section du Parti Radical de Gauche (PRG), est présidée par Papa Waly Danfaka, maire adjoint aux Mureaux. M. le Maire de la commune, François Garay, était présent à la tribune en tant qu’invité, avec Eddie Ait, président du Groupe Radical, Citoyen, Démocrate, Ecologiste et Centriste (RCDEC) au Conseil régional d’Île-de-France, membre du Comité national du Mouvement Radical.

Plus d’une soixantaine de personnes ont répondu à l’invitation. Papa Waly Danfakha prit la parole le premier. Il est évidemment revenu sur la fusion des mouvements radicaux en un seul, qu'il a justifiée ainsi : « L’échiquier politique est plus au centre ! ». En effet, l’élection d’Emmanuel Macron a bousculé le cadre politique de la France, bien qu’Eddie Aït ne nie pas l’existence du clivage gauche-droite.

« La Laïcité est l’ADN du PRG ! »

La section du Mouvement Radical a pour objectif, selon Papa Waly Danfakha, de défendre les services publics, comme le Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan-Les Mureaux (CHIMM). Cette section, qui fait partie de la majorité municipale, comme l'a précisé François Garay par la suite, se veut force de proposition. Il se veut également  « ouvert aux autres idées des citoyens, même s'ils ne sont pas encartés. » Avec cette citation de Francis Cabrel «  Est-ce que ce monde est sérieux ? » afin d’illustrer ses propos, Papa Waly Danfakha a présenté ce monde comme faisant peur, avec trois exemples : la hausse des inégalités, la guerre toujours présente et le réchauffement climatique. Il voit la commune des Mureaux comme un laboratoire du « vivre ensemble » à travers les trois axes d’innovations souvent portés ici : la transition énergétique, écologique et la mobilité.


Eddie Aït, après avoir rappelé la situation des partis en France, a insisté sur le réunification des deux grands mouvements radicaux sous une même bannière ; celle-ci a eu lieu le 9 décembre dernière, date anniversaire de la loi de 1905, sur la séparation de l’Église et de l’État. C'est un symbole fort,correspondant à une phrase du discours de Papa Waly Danfakha durant cette cérémonie : « La laïcité est l’ADN du PRG  ! ».

« Nous voulons désormais être totalement indépendants ! »

Eddie Aït a retenu deux faits de l'année passée justifiant cette réunification : le rejet général par nos concitoyens du système politique traditionnel et une volonté d’une recomposition politique dépassant le clivage gauche-droite. D’où la volonté de la réunification des radicaux de gauche et de droite, afin d’offrir aux citoyens « plus exigeants », voulant clarté sans artifice, un mouvement, à la fois social et libéral, qui fait le choix de la cohérence idéologique. Cela est reflété par son nom complet : Le Mouvement Radical / Social-Libéral. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire de la politique française que le mouvement radical (sans doute l’un des plus anciens mouvements politiques français) se réunifie. Pour Eddie Aït, bien que deux ministres radicaux soient au gouvernement, le nouveau Mouvement Radical / Social-Libéral est indépendant du gouvernement car il n’a pas d’accord avec ce dernier. « Nous voulons désormais être totalement indépendants, libres de nos choix politiques, en accord avec nos valeurs. » Ce mouvement veut être un « lanceur d’alerte politique  ». Ainsi, les deux ministres de ce mouvement travaillent à infléchir certains projets et les radicaux n’hésitent à critiquer les actions du gouvernement comme la circulaire Collomb. Eddie Aït sait qu’il faut faire un grand travail pédagogique envers les élus et les citoyens pour installer cette nouvelle organisation dans le territoire.

« Vivre libres ensemble »

A la suite d’Eddie Aït, François Garay prit la parole pour parler de l’action de la section des radicaux au sein de sa majorité municipale : force de travail, d’avancée et d’idées. M. le maire voit l’année 2017-2018 comme une année de mutation et il est bien difficile, selon lui, de dire où, dans un an, « nous serons au niveau politique  » !

« Il ne faut pas que cela soit une création de section radicale par opportuniste politique »,  a déclaré François Garay. Il a évoqué le fait qu’il aurait pu être sénateur à l’heure actuelle car il lui a été proposé de diriger une liste En Marche. Cependant, il ne se voyait pas siéger dans un groupe dont il ne partage pas toutes les valeurs : « Je suis un réformiste social ! » La politique qu’il mène est basée sur l’éducation, l’éthique et l’autonomie afin de « vivre libres ensemble ». Il pense que ce n’est pas avec les extrêmes que les choses peuvent avancer.

La cérémonie s’est terminée autour de la galette des Rois et de discussions plus directes entre les intervenants et les citoyens présents, en espérant que l’année 2018 soit bonne. Le Mouvement Radical semble, a priori, prendre de plus en plus de place aux Mureaux. Toutefois, comme l’a souligné M. le Maire, il est bien difficile dans le climat politique actuel de savoir comment la situation va évoluer.

Publicité