Vous êtes ici

Art de la peinture

Stéphane Friedling a exposé les antagonismes de la nature humaine

Par : 
Rodrigo Acosta

Les 11 et 12 novembre à la Maison des Arts de Maurecourt, l'artiste Stéphane Friedling a montré ses œuvres récentes, dont Alice au pays des merveilles.

Romantique, inspiré par les grands maîtres du classicisme(1), Stéphane Friedling est, d'abord, un amateur d'art à la recherche de sa voie. Avec un appétit de bonheur, Stéphane peint et innove avec des toiles inédites, telle Alice au pays des merveilles et L'oeil du tigre.  Stéphane Friedling, très amoureux de la période industrielle, « éprouve la joie incommensurable de vous faire pénétrer dans son univers artistique et vous présente ses créations qui jaillissent de ses mains, emportées dans le tumulte ardent, que seule apaise une nuit d'été sulfureuse ».

En regardant son exposition à la Maison des Arts de Maurecourt, on s'est vite rendu compte que Stéphane est un véritable artiste :  Alice au pays des merveilles est un aboutissement d'inspiration classique mêlée d'une expérimentation sociale... Fasciné par le côté industriel d'une époque révolue, il adore se balader et chercher son inspiration dans les anciennes friches industrielles de la Lorraine et, plus récemment, dans l'Ardèche où Arcelor/Mital avait abandonné le territoire d'une manière brutale(2). L'artiste puise de l'inspiration de cette tragédie territoriale. Travailler avec le métallique, cela vous donne une dureté, mais aussi une beauté incarnée par ce territoire en crise et, pour l'artiste,  par la femme en général !

Parfois cela peut poser des contradictions entre les sujets traités... Cependant, pour Stéphane Friedling, cela relève de la psychologie de chacun.  On est à la fois « ombre et lumière », tendresse et dureté, intelligence et débilité. On reprend l'antagonisme classique entre le docteur Jekyll et Mister Hyde.

Iconoclaste, Stéphane se veut aussi guitariste et batteur accompli. D'ailleurs,  il cherche à constituer un groupe de musique pour approfondir cette passion. Enfin, il rêve d'occuper de vastes friches industrielles pour les dédier à la culture et au social. Un vrai projet artistique !

Note

1. Rembrandt, Toulouse-Lautrec, Goya...

2 Cela a provoqué une catastrophe économique et sociale, transformant environ 2000 familles en relégués de la forte tendance à mondialiser tout, à n'importe quel prix.

 

V271117

Publicité