Vous êtes ici

Gens du voyage

Entre droits et devoirs, les gens du voyage restent dans un « No man's land »

Par: 
Rodrigo Acosta et correspondants

Le 6 novembre, Christophe Delrieu, maire de Carrières-sous-Poissy, a organisé une réunion publique ayant pour thème « sécurisation des espaces naturels et accueil des gens du voyage ». En réalité, c'était un monologue ayant pour but de démontrer que les gens du voyage, qui débarquent sans crier gare dans la plaine, bénéficient d'un déséquilibre juridique dans les faits (ce qui est contesté par la Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage, FNASAT) et que ce problème récurrent de l'arrivée et de la gestion de ces itinérants appelle désormais des réponses concrètes.

Publicité