Vous êtes ici

Histoire locale

Le nouveau livre "Andrésy sur les traces de son histoire" est disponible

Par : 
Rodrigo Acosta

Gabriel Dupuy nous a présenté le dernier livre du Club historique d'Andrésy que la quatrième de couverture explique ainsi : « Du silex au CD 55, en passant, entre autres, par un bijou mérovingien, le Général Lepic,  le blason de la famille de L’Isle, la Belle Otero, Fantômas, la grande Guerre et ses héros parfois oubliés, etc... voici 21 siècles de l’histoire d’Andrésy qui se déroulent sous les yeux du lecteur avec ce dernier ouvrage très documenté et fourmillant d’anecdotes »

Une cérémonie de présentation du livre a eu lieu le 14 octobre, à l'Espace Julien-Green d'Andrésy.

"C'est un travail collectif", nous a prévenu tout suite, Gabriel Dupuy, président du Club historique d'Andrésy (CHA). Andrésy sur les traces de son histoire a demandé presque deux ans de travail collectif.(1)

Quasiment trente-cinq ans après le dernier ouvrage historique sur Andrésy, l'association d'histoire locale a conçu, organisé, édité et fait imprimer cet ouvrage qui marquera la vie d'Andrésy dans les mois à venir. Pour Gabriel Dupuy, ancien professeur, avec un sens diplomatique, "toute la difficulté résidait dans le fait de faire travailler ensemble tout ces treize auteurs... faire sortir leur richesse intellectuellle" et l'accoucher sur papier glacé. Le livre est organisé d'une manière chronologique et en thématiques didactiques (2). M. Dupuy a coordonné l'ensemble des travaux pour couvrir l'histoire d'Andrésy de la pré-histoire à l'urbanisation de la fin du XXe siècle. A cela s'est ajouté un choix innombrable d'illustrations et de photos inédites, dont le résultat est un "bouquin très très illustré". Certes, les insatisfaits pourraient toujours critiquer tel ou tel choix iconographique ou un fait historique de la présentation, mais cet ouvrage n'est pas tombé dans la mystification de l'histoire locale. Il reste sobre et sans trop d'idéologie sous-jacente. Il a été publié dans la perspective de s'adresser au grand public et d'ouvrir la réflexion sur le lieu dans lequel nous vivons.

Selon Gabriel Dupuy, cet ouvrage apporte des nouveautés : "Ce livre donne un nouveau regard de l'histoire locale et il s'est enrichi des articles et conférences faits et organisés par des historiens locaux". Ce livre a, également, intégré le fait intercommunal : "depuis quelques années, des interactions se sont opérées entre historiens locaux", a-t-il souligné. Ceci a donné des échanges comparatifs, notamment sur les faits et les décisions prises par le pouvoir central. L'arrivée de la ligne ferroviaire constitue un exemple. En somme, ce livre rend l'histoire locale visible et lisible pour des amateurs de la chose publique.

La cérémonie de présentation du livre, le 14 octobre, a été marquée par trois allocutions :

- Gabriel Dupuy, président du CHA, a rappelé la genèse de cet ouvrage, a relaté son élaboration et a remercié les partenaires qui ont financé sa réalisation (le texte de son allocution est reproduit ci-après).

- Le directeur de la Caisse locale du Crédit agricole de Conflans-Sainte-Honorine a présenté les actions de mécénat, dont le CHA a bénéficié, et a remis un chèque complémentaire de 500 €, provenant d'un fonds alimenté à chaque retrait d'argent.

- Le maire d'Andrésy, Hughes Ribault, a félicité les auteurs de l'ouvrage et a annoncé le renouvellement de la convention de partenariat pluriannuelle entre la commune et le CHA.

Allocution de Gabriel Dupuy,
président du Club historique d'Andrésy,
le samedi 14 octobre 2017

Cet ouvrage fait suite à l’un des premiers ouvrages du CHA publié il y a 37 ans sous la houlette de mon prédécesseur, Jean Porracchia, à qui je rends hommage. Andrésy 20 siècles d’histoire était un beau livre. Imprimé à 1500 exemplaires, il a été rapidement épuisé. Devenu introuvable, il nous était réclamé par de nombreuses personnes. Une réédition aurait été trop coûteuse. Petit à petit, sous la présidence de Michel Ravat, s’est imposée l’idée d’un autre livre. Encore fallait-il passer de l’idée à la réalisation.

Sous le nom de code « 21 siècles », il aura fallu deux ans d’un travail d’équipe pour parvenir au but. J’insiste sur le mot "équipe". Dans ma carrière d’universitaire, j’ai écrit une centaine d’ouvrages, dont plusieurs en collaboration avec d’autres auteurs mais ce que nous avons fait ici est très différent. Il ne s’agit pas de publier un texte que l’on a écrit soi-même ou de rassembler les écrits de plusieurs auteurs. Il s’agit  de publier un travail qui consiste en de multiples apports des uns et des autres à tel point qu’au final on ne sait plus très bien qui a suggéré tel passage, telle anecdote, qui a fourni tel document, telle photo. Le vrai collectif est un défi mais une  source de richesse inégalable.

Le CHA n’a pas travaillé seul à ce projet. Beaucoup l’ont aidé à dépasser ses propres limites : aide de nombreux Andrésiens et non Andrésiens qui ont fourni des témoignages,  des photos en leur possession, aide d’associations historiques voisines, aides de la vingtaine de conférenciers qui sont venus à la demande du CHA à Andrésy nous apporter leur érudition sur tel ou tel sujet. Tous ceux-là nous ont aidés à sortir du cadre communal, bien pratique et rassurant mais trop étroit pour une vraie perspective historique.

Enfin ce projet a bénéficié de deux supports institutionnels que je tiens à rappeler. D’une part une convention de partenariat avec la ville d’Andrésy. La municipalité n’a pas directement soutenu ce projet mais une convention pluriannuelle nous a incités à une vision au long cours, très bénéfique pour un tel projet. A la fin du projet, alors que nous comptions nos euros, insuffisants, une aide providentielle du Crédit agricole, dans le cadre de ses actions de mécénat, nous a permis enfin de passer à l’acte, c’est pourquoi nous nous retrouvons aujourd’hui autour de ce nouveau livre.

Ensuite le manuscrit a été remis à Compo-offset, une imprimerie conflanaise de confiance qui a fait, je le souligne, un excellent travail.

Le nouveau livre diffère beaucoup du précédent (je peux le dire puisque j’y avais participé jadis). Il diffère sur la forme et sur le fond. Sur la forme, Andrésy sur les traces de son histoire a été beaucoup enrichi par rapport à Andrésy 20 siècles d’histoire : il comporte 180 pages, 250 images dont 150 en couleurs. Il suffit de le feuilleter pour que la différence saute aux yeux.

Sur le fond, le livre renouvelle l’histoire d’Andrésy en donnant une sorte de synoptique qui n’était pas aussi clair dans le livre précédent. Pour me faire bien comprendre, je le résumerai ainsi au risque de choquer quelques historiens puristes :
- trois mille ans d’une préhistoire partagée entre le Nord (rive droite de la Seine et Vexin), le Sud (la rive gauche de la Seine et Poissy) et l’Est (le Parisis) ;
- 4 siècles de présence gallo-romaine ;
- 3 siècles de présence mérovingienne. ;
- 1000 ans d’agriculture et surtout de viticulture, au service du Chapitre de Notre-Dame de Paris ;
- 200 ans de villégiatures pour la noblesse et la bourgeoisie de Versailles, Saint-Germain, Maisons-Laffitte, Paris ;
- Un siècle d’urbanisation … jusqu’à nos jours.


Notes

1. Ont collaboré à la rédaction et à l’illustration de cet ouvrage, Pierre Descartes, Gabriel Dupuy, Ludovic Gombert, Evelyne Hervé, Martine Joly, Anne Masselis, André Miramont, Dominique Naudin, Joëlle Nugues, Maurice Randoing, Michel Ravat, Gilbert Tissier et Pierre Van Ceunebroecke.

2. Table des matières

DE LA PRÉHISTOIRE AU VIIIe SIÈCLE

La préhistoire à Andrésy et alentour

Guerres et invasions

Anderitum et Andrésy

Des Gaulois aux Mérovingiens

Le cimetière mérovingien d’Andrésy

Andrésy, un site habité de très longue date

DU IXe AU XIVe SIÈCLE

Andrésy, possession parisienne

Protéger un terroir bien doté

Sous le pouvoir du Chapitre de Notre-Dame de Paris

La Seigneurie de l’Isle

L'ÉGLISE SAINT-GERMAIN DE PARIS

L’édification

Œuvres d’art

Les cloches

Transformations révolutionnaires

L’église et la mémoire des défunts

L’orgue

Restaurations récentes

La vie de l’église au long de l’histoire

ANDRÉSY SUR LES PAS DES ROIS DE FRANCE

Les maisons de campagne

Le château de Glatigny

Le château du Faÿ et la forêt de l'Hautil

Le château de la Princesse

Le château de la Princesse après la Révolution

Une maison bourgeoise remplie d’histoire (et d’histoires)

Des chasses royales à Andrésy

ANDRÉSY DE LA RÉVOLUTION À L’EMPIRE

Vers des États généraux

Les doléances

La fête de la Fédération

Maurecourt devient commune

Le Temple de la Raison

La vente des terres du Chapitre et des biens des émigrés

Le Général-Comte Lepic et sa famille

L’AGRICULTURE À ANDRÉSY

Un village agricole

Un vignoble renommé

Le travail des agriculteurs

ANDRÉSY DANS LA MODERNITÉ

Barrages et batellerie

Le barrage à aiguilles d’Andrésy

Le chemin de fer

Un tramway rural : le « tacot »

Eau, gaz, électricité : le confort à Andrésy

L’épandage à Andrésy

Les gadoues parisiennes

La fin de l’agriculture

LE MANOIR DE DENOUVAL

Le projet de Sarah Marsh

La succession

Les enfants juifs

Les Pères salésiens

ARTS ET LETTRES À ANDRÉSY

Joseph-Thaddeus Winnerl

Marcel Allain

Julien Green

Jean Renefer

Claude Naudin

TRACES ET SOUVENIRS DES DEUX DERNIÈRES GUERRES

La guerre 1914-1918

La guerre 1939-1945

LES ANNÉES 1970 : L’URBANISATION ET LE CD 55

Un chemin en Seine-et-Oise

Andrésy dans la région parisienne

Un nouveau CD 55

Une autoroute à Andrésy ?

Le conflit

Liaison et cul-de-sac

COMMERCES, ÉCOLES ET SPORTS : LA VIE ANDRÉSIENNE AU SIÈCLE DERNIER

Les activités commerciales

Les écoles

Les institutions privées

Le sport 

 

V171017

 

Publicité