Vous êtes ici

Austérité

Pierre Bédier : « Le gouvernement prépare un grand plan social ! »

Par: 
Rodrigo Acosta

Lors d’un déplacement au collège Henri IV à Meulan-en-Yvelines, le 8 septembre dernier, Pierre Bédier (photo ci-dessus), président du Conseil départemental des Yvelines, s’est insurgé contre les actions récentes du gouvernement. Sans y faire allusion, M. Bédier n’a manifestement pas bien digéré le camouflet récent sur le projet retoqué de la fusion des départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine.

Lors de sa rentrée politique, en prétextant une visite au collège Henri IV de Meulan-les-Yvelines, Pierre Bédier a dénoncé, d’une part, les baisses annoncées des dotations aux collectivités territoriales et, d’autre part, la fin probable des emplois aidés. Sur ce sujet, en évoquant le bien-fondé de l’insertion par le biais des emplois aidés, Pierre Bédier a souligné que le gouvernment d’Edouard Philippe, pourtant un ancien cadre LR, ne « connaît » ni la problématique, ni les enjeux de l’insertion(1). Pour M. Bédier, le gouvernement actuel prépare, ni plus ni moins, « un grand plan social » sans précédent dans les annales de la Ve République.

Il est paradoxal d’entendre ces propos, quand on sait que M. Bédier avait réduit les budgets dans les PMI, dans la prévention et la jeunesse depuis son retour aux affaires. De plus, nous n'oublions pas la hausse de 66 % de la fiscalité du département l’année dernière. En outre, dans le même temps, Pierre Bédier a souligné la nécessité d'un redressement du pays : "Le redressement des finances publiques impose aux territoires de lourds sacrifices auxquels nous sommes prêts s'ils sont justes et utiles..." Le vrai débat est, donc, de savoir si les emplois aidés sont justes et utiles ! Actons donc que M. Bédier estime que les emplois aidés sont "utiles" pour les collectivités locales.

En matière d'investissement, Pierre Bédier a annoncé, pour la période 2017-2021, que 430 millions d'euros seront consacrés à la modernisation des bâtiments, "synonymes d'une meilleure qualité de vie au collège et de conditions optimales d'apprentissage". En plus, comme chaque année, des travaux de maintenance et de mise aux normes seront réalisés dans une vingtaine d'établissements pour un montant de près de 15 millions d'euros.

Etant "un bon gestionnaire", Pierre Bédier a tranché pour une tarification généralisée dans toutes les cantines des collèges du département. Il s'agit de minimiser le gaspillage et de mettre de l'ordre dans une tarification chaotique, voire "anarchique". En homogénéisant les critères, le Conseil départemental entend ainsi faire des économies, même si le président Bédier ne met pas en avant ce fait inéluctable. "Le budget des cantines est pris en charge pour 60 % par le département", a-t-il avancé pour justifier cette mise sous tutelle de la tarification des cantines. Un sou est un sou, dans une période de vaches maîgres !

 

Notes :

1. Parmi les quatre priorités du Conseil départemental des Yvelines, figurent la poursuite des investissements (+22 %), le déploiement du plan numérique dans les collèges, le renforcement des équipes dans les collèges et l'aide aux élèves en situation de handicap dans les établissements.

 

V150917

Publicité