Vous êtes ici

Fin des vacances

« Ya d'la joie », c'est la rentrée !

Par: 
Claude Barouh

Question actualités, le J2R, comme les évènements à venir, va nous servir des commentaires et des  surprises ; l'une d'entre elles se répète d’année en année, c'est la rentrée : attendue avec espoir ou angoisse, elle est incontournable ; cette année 2017, elle s'annonce particulièrement joyeuse (on dit ça tous les ans !).

Vous venez de dépenser les derniers € de votre budget vacances chez Paulo, le glacier du front de mer ; les soubresauts de votre carte bancaire ne vont pas tarder à faire jaillir le ticket justificatif de votre passage au péage (€) de l'autoroute ; dans peu de temps, la douceur de votre séjour sera rangée dans la case souvenirs.

L'heureux €

La liste des fournitures scolaires éclusée (€), votre petit dernier manifeste le désir de continuer les cours de violon (€) et l'aînée choisit d'ajouter aux leçons de judo (€) des reprises d'équitations (€) interrompues l'an dernier ! Et vous, vous songez à... rien (0 €) en oubliant presque les factures (€) qui vous attendent et les avis d'impositions diverses (€) qui dorment sous la pile, laissant juste apparaître une date de paiement impudique.

Et puis, la semaine prochaine, sans culpabilité ni illusion, vous irez au Forum des associations constater que les promesses annoncées ont été tenues : cotisations augmentées, programmes épurés, subventions diminuées... Toutefois la bonne humeur de rigueur (retrouvailles) et l'accueil courtois et bon enfant des responsables permettent, ici ou là, cette multiplication des noms sur les listes d'inscriptions (€). Sports, culture, loisirs, écologie, humanitaire et social, le monde associatif local, presque assoupi pendant la période estivale se réveille plus actif que jamais, tant la demande reste forte.

Ça roule !

Songeant que le plaisir annuel des congés s'éloigne un peu plus à chaque tour de roue, vous rapprochant sans ménagement de la reprise du travail, vous tentez de faire jaillir dans votre cortex douloureux des idées sinon joyeuses du moins positives, telles que celles-ci : retrouver les collègues, saluer les voisins sympathiques, rejoindre le clan élargi de la famille (re)rassemblée, savourer douillettement son chez-soi, refaire à nouveau le monde avec les copains au bistrot, aller voir des expositions temporaires ou des spectacles inédits (liste non exhaustive).

Que sommes-nous devenus ?

Pourtant, baignade, volley, puis farniente sur la plage à observer le flux et le reflux d'une marée infatigable ou navigation en rangs d'oignons parmi des rapides réputés dangereux et toutes autres activités ludiques restent des bonus que nous ont apportés les congés payés. Mais ont-elles été faites pour l'homme ? Ou ne servent-elles qu'à récupérer des (nos) forces productives au service d'une société tantatrice, complexe et exigeante ?

Sommes-nous devenus de simples unités de production ? Comme si l'homme devait « être adapté et asservi à elles ? »* Décidément vous êtes devenus une des victimes (conscientes ?) du syndrome de la rentrée, c'est contagieux, ça ne se soigne pas mais il faut rentrer quand même.

__________________________________________________

* Référence à la nouvelle préface de l’auteur (1946) du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley (p. 11 - Le livre de poche n° 346-347)

« La science et la technologie seraient utilisées comme si, tel le Repos Dominical, elles avaient été faites pour l'homme, et non (comme il en est à présent, et comme il en sera encore davantage dans le meilleur des mondes) comme si l'homme devait être adapté et asservi à elles. »

 

 

 

V180817

Publicité