Vous êtes ici

Réfugiés

Étrangers, migrants, demandeurs d'asile : quelles réalités ?

Par: 
CC de Triel

Aujourd’hui, la question de l’accueil des réfugiés et des migrants est au cœur de l’actualité. En France, en Europe, dans le monde entier, les mouvements migratoires sont une réalité. Au cœur des villes et des villages, arrivent des personnes dont nous ignorons souvent tout ou beaucoup. INEDIT

Alors les questions affluent, et c'est pour tenter d'y répondre que le Collectif Les voisins solidaires de Mézy a organisé, le 14 mars, une réunion d'information et de débats réunissant habitants de Mézy-sur-Seine et de communes environnantes, bénévoles, militants de la Cimade* et de la Ligue des Droits de l'Homme.

 

 

 

Quelle est la situation à Mézy et dans les environs ?

A Mézy, près de 110 réfugiés sont hébergés depuis septembre 2015, dans un maison qui était initialement destinée à des personnes âgées, mais n'était pas occupée. Elle fonctionne en Centre d'Hébergement d'Urgence, accueillant des personnes qui restent rarement sur place au-delà de quelques mois, en fonction de l'évolution de leur situation administrative. Il s'agit d'hommes seuls, plutôt jeunes, majoritairement du Soudan et d'Afghanistan. Le centre est géré par l'association Aurore qui fournit gîte, repas, travailleurs sociaux... Des bénévoles de Mézy interviennent dans le centre, notamment pour des cours de français, en bonne collaboration avec les responsables de l'Association Aurore. Le centre est relativement ouvert sur l'extérieur.

Le Centre d'Hébergement d'Urgence de Triel (Maison des Tilleuls) est assez semblable, puisqu'il accueille, depuis octobre 2015, près de 120 réfugiés, également des hommes seuls, jeunes, majoritairement du Soudan et d'Afghanistan dans l'ancienne maison de retraite, désaffectée, réquisitionnée suite à l'évacuation du Lycée Jean Quarré à Paris. Le 9 novembre 2015, un groupe d'une quinzaine de personnes du groupuscule d'extrême droite Génération Identitaire a envahi et occupé les toits de la Maison des Tilleuls pendant une matinée, avant d'être évacué par les CRS en présence du sous-préfet. Le choc, pour les réfugiés, comme pour les riverains et les associations, a été certain, et a abouti à la création d'un comité de soutien. Des cours de français sont assurés par le Secours catholique à proximité du centre, un "Café Voisins" mensuel est organisé depuis 6 mois par quelques voisins, un repas commun sur la Péniche de Triel amarrée sur la Seine est en préparation... Néanmoins, le centre, géré par la Croix-Rouge, fonctionne de façon relativement fermée, les réfugiés devant s'identifier à l'entrée et à la sortie auprès du gardien. Seuls certains bénévoles du Secours catholique peuvent y  rendre visite aux réfugiés et rencontrer les responsables du centre.

A Morainvillliers, la situation est très différente, puisqu'il s'agit seulement de 35 réfugiés, hébergés depuis décembre 2016 dans un centre de vacances des Petits Frères des Pauvres. Leur arrivée a été l'occasion d'une réunion publique d'information très houleuse, avec une grande hostilité de certains participants. Quelques mois plus tard, le calme a pris le dessus et la solidarité s'est installée autour de ce centre géré par l'association Aurore, qui devra être fermée dans quelques mois pour laisser la place à une colonie de vacances.

Pourquoi les réfugiés sont-ils ici ?

243 millions de personnes dans le monde habitent un autre pays que celui de leur naissance, soit seulement 3,3 % de la population mondiale, ce chiffre étant stable depuis 25 ans. Seul un tiers de ces personnes vont d'un pays du Sud vers un pays du Nord ; elles restent majoritairement dans un pays voisin du leur, tels le Liban et la Turquie. La majorité (66 %) des migrants vivant en Europe viennent d'un autre pays d'Europe.

Parmi l'ensemble des migrants, on trouve les réfugiés, qui fuient la guerre, les persécutions, la famine et demandent protection au titre de la Convention de Genève des Nations Unis (1951). Leur nombre est en augmentation, ces dernières années, avec plus d'un million de demandes d'asile en Europe en 2015, dont 80 000 en France (seuls 31,3 % ont obtenu la protection statutaire de réfugié).

Ces réfugiés arrivent en Europe au terme d'un long voyage, souvent dangereux. Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) des Nations Unies, 5096 réfugiés et migrants ont été portés disparus ou morts en mer en 2016, dont 90 % avaient fait la traversée vers l’Italie par la mer, ce qui représente un décès pour 40 personnes effectuant la traversée. Le renforcement des restrictions aux  frontières Schengen de l'Europe n'a pas limité le nombre des réfugiés, mais a contribué à augmenter la dangerosité de leur voyage. Arrivés en Europe, les réfugiés sont ensuite soumis à la complexité et à la longueur des procédures leur permettant de déposer une demande d'asile ; c'est, en particulier, le résultat des accords de Dublin, qui prévoient que la demande d'asile doit être instruite dans le premier pays européen où les empreintes digitales des réfugiés ont été prises ; c'est le cas, même s'ils sont, ensuite, arrivés en France et souhaitent y rester.

Que faire pour eux ?

Ces hommes, ayant fui leur pays pour vivre, ayant traversé des épreuves parfois terribles, étant dans l'incertitude et l'angoisse de leur futur, sont désormais à Mézy, à Triel et à Morainvilliers ; la plupart y entreprennent les premières étapes de leur parcours administratif en France et de leur intégration.

Au-delà des questions que leur présence fait émerger, au-delà des craintes que certains peuvent avoir, des initiatives sont prises, d'autres idées sont proposées par les Voisins solidaires de Mézy et par d'autres riverains, associations et bénévoles de Mézy, Triel,  Morainvilliers et d'ailleurs : en inviter chez soi pour des repas, leur dire systématiquement bonjour dans la rue, en emmener quelques uns en balade en forêt, tenir des permanences d'aide administrative à proximité...

« L'humanité passe par l'autre »**

Photos :

Références et informations complémentaires :

*Cimade : Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués

** Slogan de la Cimade

V170317

Publicité