Vous êtes ici

Projets d'urbanisme

L'opposition à Andrésy veut atténuer la densification urbaine

Par : 
Rodrigo Acosta

Le 5 décembre, Virginie Muneret, une des opposants de la politique d'urbanisme de l'actuelle majorité a réuni environ 130 personnes pour examiner la problématique et les enjeux des projets de constructions à Andrésy où l'on trouve son ancien mentor, Hugues Ribault, maire d'Andrésy. Plus de 1300 logements sont prévus. Le leitmotiv était clair : « refus de l'urbanisation massive des quartiers ! »

 

Au chalet de Denouval à Andrésy, environ 130 personnes se sont réunies pour examiner et réagir, sous l'égide d'Andrésy Dynamique sur la volonté du maire Hugues Ribault de construire à tout va à Andrésy.  Virginie Muneret a rappelé que le maire d'Andrésy allait au-delà des exigences de l'Etat en terme de constructions : en deux ans, « le maire a multiplié par presque deux le nombre de constructions d'ici à l'horizon 2022. »   En utilisant les mêmes analyses de 2015, notamment lors d'une réunion du conseil municipal sur les orientations de l'urbanisation à Andrésy, elle a déclaré que « le territoire [d'Andrésy] ne pourra pas intégrer dans de bonnes conditions plus de 3000 personnes supplémentaires (23 % de plus) sur 18 hectares au vu de nos voiries, de nos équipements et de nos contraintes géographiques ! »

Fédérer les mécontents de la gestion Ribault

Virginie Muneret a signalé également d’autres incohérences entre ce qui est écrit dans le PLU et d’autres documents d’orientation que la municipalité avait validés en décembre 2015 :  le Programme Local de l’habitat signé avec l'ancienne CA2RS prévoyait 612 logements « et non pas 1300 comme c'est le cas en 2016; l’étude filigrane sur les besoins scolaires sur la ville qui prévoyait 14 classes alors que le PLU en prévoit 10... »

La réunion du 5 décembre 2016 a également servi à fédérer tous les mécontents de la gestion Ribault, notamment les riverains qui se plaignent des coups partis ici et là : c'est-à-dire des achats de parcelles qui seraient ensuite regroupées pour densifier davantage. Densifier, c'est la formule magique depuis que l'on tente de mettre en œuvre une politique nationale qui tend à ne pas gâcher et gaspiller les ressources foncières et a fortiori naturelles. Certes, certains riverains s'appuient sur des prétextes fallacieux pour protester contre la construction à outrance des quartiers. Ce phénomène est connu comme l'effet Nymby (not in my backyard), autrement dit construire oui, mais pas chez moi ! Mme Muneret a affirmé que ce n'est pas le cas de la majorité des personnes présentes à la réunion du 5 décembre.

Une pétition lancée

Pour elle, ce sont plutôt des citoyens qui cherchent à s'informer et à pouvoir agir dans le cadre d'une concertation utile et nécessaire pour l'avenir d'Andrésy. « Les projets de Monsieur le maire d'Andrésy vont provoquer une urbanisation massive de nos quartiers : plus de 1300 logements supplémentaires  sont prévus, dont plus de 570 logements sociaux ! » Bien sûr, Mme Muneret n'est pas contre la construction des logements sociaux.

En revanche, il faut prévoir les besoins d'équipements futurs. Les saturations des transports, des axes routiers, des écoles et du collège « vont conduire à une remise en cause du cadre de vie". Pour l'opposante numéro 1 d'Hugues Ribault, "il faut stopper la densification d'Andrésy ! »  Pour cela, Mme Virginie Muneret a lancé une pétition sur Internet le soir même de la réunion publique. Elle compte faire signer (par Internet d'abord) environ 300 pétitionnaires pour ensuite la présenter aux autorités compétentes et aussi à M. le maire d'Andrésy.

Elle a exigé, en outre, d'être associée aux projets déjà engagés (terrains CCI, gare et ancienne station BP) et elle a demandé l'arrêt des achats de terrains et la vente de ceux déjà achetés pour construire de nouveaux logements ! Faut-il pour autant un référendum, comme ce fut le cas en 2010 ? Une certaine adjointe à l'urbanisme à Andrésy, Muneret Virginie « avait argumenté pour une urbanisation des coteaux de l'Hautil »  « Pas de tout ! », a-t-elle rétorqué.

 

V111216

 

Publicité