Vous êtes ici

La mémoire de GPS&O

Trois années de l’adolescence de Gotlib à Verneuil

Par: 
Michel Kohn - ACV, la mémoire de Villennes

Après son décès, le 4 décembre 2016, nous complétons les hommages à Gotlib, dessinateur et auteur de BD, par une évocation de son séjour dans notre territoire. C'était peu après la Deuxième Guerre mondiale : il était en pension au château des Groux à Verneuil, où avait été installé un foyer-orphelinat pour les jeunes juifs hongrois. 

 

 

Marcel Gottlieb, qui vient de disparaître, avait passé une partie de l’été 1947 au château des Groux à Verneuil-sur-Seine ; il y est, ensuite, resté jusqu’à l’âge de 16 ans.

Un château disparu

Le château des Groux était, en fait, une grande villa, entourée d’un large parc.
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le “château” fut transformé en foyer pour enfants et adolescents orphelins, géré par une association juive hongroise, liée à l’Œuvre de protection des enfants juifs (OPEJ).
 
La villa a été démolie en 1957 ; seules les dépendances subsistent, route de Chapet.


Le séjour initiatique de Gotlib au château des Groux

Né à Paris en 1934, dans une famille juive originaire de Hongrie, Gotlib a grandi à Paris, dans le XVIIIe arrondissement. Son père était peintre en bâtiment tandis que sa mère était couturière. Enfant, il se passionnait déjà pour le dessin, à travers des livres et des hebdomadaires pour la jeunesse, publiant des bandes dessinées américaines. Son père fut arrêté par la police française, en septembre 1942, et enfermé au camp de Drancy puis au camp de travail et de concentration de Blechhammer. Transféré à Buchenwald, il y fut assassiné en février 1945. Ayant échappé à des rafles, ainsi que sa mère et sa sœur, le jeune Marcel avait vécu caché pour échapper à la persécution des juifs dans la France occupée. Après que sa mère l’ait fait séjourner en colonie de vacances au château des Groux pendant l’été 1947, elle l’a confié pendant trois ans à l’institution qui gérait le foyer-orphelinat qui y était installé.

Une exposition Les mondes de Gotlib a, déjà, rendu hommage au dessinateur, en 2014, au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Son dossier de presse (1) précise cette période heureuse de l’adolescence de Gotlib : “À l’été 1947, les enfants sont envoyés en colonie de vacances au château des Groux à Verneuil-sur-Seine dans un foyer pour enfants et adolescents géré par une association juive hongroise de Paris et dépendant de l’Œuvre de protection des enfants juifs. Dans ce lieu où résonnent le hongrois et le yiddish, Marcel fait sa bar mitsvah et découvre les romans de Victor Hugo, d’Alexandre Dumas, la musique de Tchaïkovski. La fermeture du foyer en 1950 met un terme à ce que Gotlib considère comme l’une des plus belles périodes de sa vie.
 

 

Il y a, en particulier, rencontré la gent féminine et la religion de sa famille ; il a raconté, avec humour, cette double initiation dans son livre autobiographique J’existe, je me suis rencontré. Cet ouvrage peut être feuilleté sur le site Internet de l'éditeur, Dargaud (2).
 

Vous pouvez écouter un extrait d’une lecture de cet ouvrage (3), qui a été diffusée par France Culture dans le cadre de l’exposition, en suivant ce lien. La partie concernant son séjour à Verneuil se trouve à la fin de l’enregistrement, à 44 mn 28 s du début.
 
 
 
 
Références
 
 
 
V241216
Publicité