Vous êtes ici

Pression fiscale

Département : où va passer l'argent ?

Par : 
Yves Vandewalle, conseiller départemental

Yves Vandewalle, conseiller départemental de la majorité monochrome des Yvelines, a toujours la même détermination malgré les petites attaques dont il est la cible de la part de Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines. L'élu local s'interroge ouvertement dans son blog sur la destination finale d'une partie de vos impôts locaux : "Où va passer l'argent ? C'est toute la question !"
Cette tribune a été publiée avec l'accord de M. Wandwalle, ancien député des Yvelines et conseiller départemental des Yvelines.

Yvelines : un coup de massue fiscal, pour faire quoi ?

L'article paru dans le journal Les Echos du 12 septembre se contente de reproduire un discours officiel sans mise en perspective, et c'est bien dommage pour un journal qui se veut "sérieux".

Pourquoi ? Parce que si l'effet conjugué de la baisse progressive de la dotation de l'Etat et de l'augmentation des prélèvements de péréquation rendait inévitable une augmentation des impôts, fallait-il lever près de 190 millions d'euros supplémentaires par an sur les particuliers et les entreprises yvelinois ?
 
Car ce n'est pas seulement la taxe foncière départementale qui a été relevée de 65 % avec une recette supplémentaire de plus de 130 millions d'euros (voir mes notes des 22/1/16 et 10/2/16), mais aussi la taxe additionnelle sur les droits de mutation (environ 50 millions) et la taxe départementale sur l'électricité (environ 7 millions).
Soit un total supérieur à ce qui était nécessaire pour compenser les conséquences des décisions iniques de l'Etat.
 
Un train peut en cacher un autre... Le but principal de ces augmentations est de soutenir une certaine capacité d'investissement et c'est là que le bât blesse.
 
Car si je souscris aux investissements qui relèvent de la compétence du conseil départemental (comme les collèges, les routes, les aides aux communes, etc.) et à des dépenses extraordinaires comme le cofinancement d'Eole, est-il normal de dépenser des dizaines de millions d'euros pour le logement qui n'est pas une compétence départementale et alors même que la dynamique de la construction est forte ?
 
Ma réponse est clairement non et on aurait donc pu procéder à une augmentation des impôts plus raisonnable comme je l'avais demandé en séance.
 
Mais les augmentations sont là et comme disait madame Thatcher "I want my money back" pour les contribuables du secteur rural.
 
J'attends notamment des investissements dans les collèges et en tout premier lieu dans celui de Magny les Hameaux qui est vétuste et inadapté aux évolutions pédagogiques, mais aussi sur les carrefours de la RN10 à Coignières et Les Essarts-le-Roi pour réduire et supprimer les embouteillages quotidiens que subissent des dizaines de milliers d'automobilistes aux intersections entre la RN10 et les routes départementales.
J'attends l'aménagement du pôle gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, avec notamment une maison du tourisme et de l'écomobilité. J'attends l'achèvement de la restauration du château de la Madeleine qui se dégrade lentement mais sûrement, faute d'entretien alors que c'est un site touristique d'importance avec plus de 50 000 visiteurs par an.
Sans compter le très haut débit Internet qui est devenu un service public comparable à l'eau potable ou l'électricité.
 
Où va passer l'argent ? C'est toute la question !

 

 

Yvelines : impôts, une augmentation excessive !

 

L'augmentation massive de la taxe foncière (131 millions d'euros de plus en 2016, soit + 65%, 125 € par foyer en moyenne pour les particuliers et 35 millions de plus pour les entreprises) a été votée en janvier par le conseil départemental afin de "restaurer des niveaux d'épargne permettant de financer les investissements en limitant le recours à l'emprunt".

 Pourquoi ?
 
1) Parce que la diminution des dotations de l'Etat est importante et pérenne. L'Etat réduit progressivement sa Dotation Globale de Fonctionnement depuis 2013 (moins 39 millions en 2016), jusqu'à atteindre une baisse de 132 millions d'euros par an en 2017 pour le département des Yvelines, la plus sévère de tous les départements.
 
2) Parce que le département n'a, de ce fait, quasiment plus les moyens de financer ses investissements et qu'il est nécessaire de maîtriser l'endettement (330 millions € fin 2015) car le service de la dette a augmenté rapidement de 13,5 millions d'euros en 2014 à 28,4 M€ en 2016 malgré des taux d'intérêts historiquement bas.
 
Une augmentation des impôts est donc inévitable. Mais 65 %, c'est beaucoup trop !!!

Yves VANDEWALLE
Ancien Député des Yvelines
Conseiller départemental des Yvelines
Président du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse
Vice-président de la Fédération des Parcs Naturels Régionaux de France
 
V141016
Publicité