Vous êtes ici

Plate-forme multi-modale d'Achères

Ribault : "M. Esnol ne sera qu'une voix parmi d'autres"

Par: 
Lionel Wastl

Interpellée par l'opposition municipale en conseil, le maire d'Andrésy, Hugues Ribault, a voulu réagir aux propos tenus par son collègue de Conflans, Philippe Esnol qui désire que le projet du port et de la plate-forme multi-modale d'Achères se situent plus sur le confluent, et donc face à Andrésy.

La future plate-forme multi-modale d'Achères ne devait qu'une centaine d'hectares. On évoque aujourd'hui plus de 400 hectares. Un "Gennevilliers-bis" face aux communes de Conflans et d'Andrésy...

Alors, forcément, les maires des deux communes se méfient de l'impact visuel de ce complexe fluvial où trôneront des dizaines de milliers de containers, formant de véritables tours.

La plate-forme doit se situer sur la rive gauche de la Seine, pour se prolonger jusque face au vieux Conflans, mais derrière les îles du Bac, de Devant et d’En Haut. Le maire de Conflans, dans son journal municipal, exige d’abord une « intégration parfaite au paysage existant » - ce qui ne sera pas évident au regard de la taille probable du port.

D’autre part, le maire veut une délimitation stricte du projet : « l’emprise prévue à l’est doit être précisée. [Je reste] très ferme sur la nécessité de prioriser une réalisation du port à l’ouest, en face de l’Oise car c’est par elle qu’arriveront les bateaux ».

La zone demandée par le maire de Conflans se situe effectivement face au confluent, concentrant l’activité portuaire sur...  Andrésy. Voilà une pierre lancée dans le jardin d’Hugues Ribault qui a déjà beaucoup à faire avec sa population, inquiète par le projet A104 et le pont d’Achères qui passent au sud du quartier Denouval.

Bref, comme lors des débats sur le projet A104 et ses différents tracés, nos élus ressortent la rengaine du NIMBY (« not in my back yard »), tout en exigeant des infrastructures « pas trop loin quand même »…

Hugues Ribault : "On ne peut pas faire n'importe quoi"...

Lors du conseil municipal de juillet, Hugues Ribault a voulu réagir aux propos de son collègue conflanais, en relativisant le poids de celui-ci : "M. Esnol ne sera qu'une voix parmi toutes les voix". Le maire d'Andrésy a voulu rappeler le contexte : "ce port fait partie du Grand Paris. Le foncier appartient surtout à St Germain. Personne ne peut dire encore où il se fera..."

Le maire d'Andrésy veut, lui aussi, protéger sa population de l'impact visuel : "on ne peut pas faire n'importe quoi car les Andrésiens auront la vision [du port]. Andrésy est très concernée".

Néanmoins, Hugues Ribault a rappelé à l'opposition municipale que le projet de cette plate-forme pouvait "créer 170 000 emplois" (sic) - sous-entendu par là qu'il ne fallait pas s'opposer à ce projet fluvial.

Publicité